Versoix n’a pas l’intention de commettre les mêmes erreurs

0

Malgré un départ en-dessous des attentes, Versoix a conclu le premier tour en tête, comme l’an dernier. Au coeur d’une 2ème ligue des plus serrées, les Versoisiens ne devront pas craquer cette fois-ci, comme cela leur était arrivé au printemps passé.

Proche du but, le FC Versoix a certainement longtemps été hanté par sa fin de championnat lors de la précédente saison. Alors qu’ils étaient aux commandes pendant une grande partie de l’année et que la promotion commençait à pointer le bout de son nez, les Bleus avaient complètement craqué. Les six points de pris sur les sept dernières rencontres, et donc leur première place cédée au CS Italien, avaient provoqué une énorme désillusion. Mais pas question toutefois d’abandonner : cet été, le club a pris les mesures nécessaires pour repartir à la conquête de la 2ème ligue inter.

Le premier signal a été envoyé aussitôt le championnat terminé lorsqu’un nouveau souffle a été apporté sur le banc versoisien. Après le départ d’Abdel Gasmi, Versoix a décidé de miser sur l’ancien joueur professionnel Thierno Bah, qui sortait tout juste de sa première saison en tant qu’entraîneur principal à Plan-les-Ouates, mais qui avait par le passé déjà été l’entraîneur-assistant d’Etoile Carouge en 1ère ligue. “Je suis quelqu’un d’ambitieux et j’ai saisi cette opportunité car je savais qu’il y avait matière à faire quelque chose avec Versoix. C’est une équipe qui, depuis deux ans, joue le haut du tableau”, commente l’ancien international guinéen quant à son choix.

Dans son recrutement de joueurs, Versoix s’est là aussi montré ambitieux. Plusieurs habitués des ligues supérieures sont arrivés du côté de la Bécassière. Parmi eux, Bastien Beuchat, Yacine El Tayar, Karim Robin, Elias Kernou ou encore Mergim Ferati, de retour au bercail. Sur le papier, Versoix se plaçait donc parmi les favoris début septembre. Et malgré une entame de saison qui avait soulevé quelques interrogations, ce statut a été assumé par l’équipe de Thierno Bah.

Un démarrage au diesel

Quelques interrogations oui, car peu d’observateurs du football genevois s’attendaient à voir Versoix dans la partie basse du classement après cinq rencontres, avec un bilan comptable de cinq points et une seule et large victoire contre Interstar (0-7), alors lanterne rouge. Un démarrage laborieux dû à différents facteurs selon le nouvel entraîneur versoisien : “Il a fallu du temps pour beaucoup de choses. Des nouveaux joueurs devaient s’intégrer à l’équipe et créer des automatismes avec le groupe. De plus, certains joueurs qui étaient au club l’année passée semblaient encore touchés, voire démotivés, par la manière dont s’était conclu le dernier championnat. Certaines plaies de la saison passée étaient encore ouvertes”.

Les paroles de Thierno Bah ont du sens, et elles pourraient en partie expliquer pourquoi son équipe n’a pas eu le dessus lors de rencontres accrochées en début de saison. Les courtes défaites à Plan-les-Ouates (3-2) ou à domicile contre Kosova (0-1) illustrent cela : les Versoisiens étaient toujours au contact de leur adversaire mais ont été incapables de faire des points. Indubitablement, quelque chose coinçait au niveau mental et le traumatisme de la saison dernière n’avait pas totalement été oublié.

El Tayar et Robin, deux des nouvelles recrues

Un sans faute et une défense satisfaisante

Heureusement pour Versoix, et comme il fallait s’y attendre, cette phase de doute initiale ne s’est pas éternisée. C’est simple : depuis leur dernière défaite contre Kosova le 29 septembre, les Versoisiens ont gagné leurs sept rencontres restantes –dont une en coupe– sans ne jamais encaisser plus d’un but. Ce sans faute leur a valu 18 points supplémentaires en championnat et une qualification en 1/8 de finale en coupe genevoise.

D’après leur entraîneur, le réel déclic n’a pas eu lieu avec la première victoire de cette série contre Aïre, mais suite à la qualification en coupe sur le terrain de Meyrin II, deux semaines auparavant : “Je pense que la victoire en coupe contre Meyrin II a lancé notre saison. Nous étions menés et avons montré du caractère pour prendre le dessus. Par la suite nous avons pris conscience que la 2ème ligue était tout sauf un championnat facile, même pour ceux qui venaient de plus haut. Tout le monde s’est mis à travailler plus sérieusement et à y mettre plus d’envie. À force de travailler, la réussite est venue et on est parvenus à faire tourner la roue”. 

Une large implication offensive

Hormis sa défense peu perméable, une autre chose s’est détachée chez cette équipe au fur et à mesure qu’elle montait en puissance. Cette année, elle semble ne plus dépendre des buts de ses attaquants, comme cela était le cas l’an dernier avec la paire offensive formée par Rabhi et Rugovaj (auteurs de 31 des 62 buts inscrits). Cela se voit lorsqu’on regarde les meilleurs buteurs versoisiens : parmi Piccirillo (6 buts) ou Salustiano et Pasquini (4 buts) on ne retrouve pas de véritable “numéro 9”.

De plus, sur les 29 buts inscrits en championnat, 12 joueurs différents ont fait trembler les filets. L’entraîneur Thierno Bah est le premier à être satisfait de cette participation offensive : “Devant, on sent que tout le monde peut être dangereux et marquer, c’est très bien”. 

Andrea Piccirillo est le meilleur buteur des siens avec six réussites au compteur.

Des chocs pour reprendre, des pièges pour conclure

Si Bah et ses joueurs passeront l’hiver sereinement en tête de la 2ème ligue, il faudra cette fois-ci miser sur la prudence et éviter l’euphorie de l’année dernière, quand le champagne avait été sabré dans les vestiaires pour fêter un titre de champion d’automne qui n’en est pas un. Les Versoisiens devront prendre soin de bien préparer la reprise car les matchs qui les attendent pourraient déjà être décisifs. En effet, l’équipe du président affrontera lors des cinq premières journées les quatre équipes contre lesquelles des points ont été égarés au premier tour. Parmi ces quatre, trois sont à deux points maximum de leur place de leader : Lancy II, Perly et Kosova : “C’est dommage que ce soit la trêve car nous sommes sur une bonne série. Mais c’est normal, tout le monde est concerné. Il va falloir bien négocier la préparation. Si on continue à travailler sur cette longueur d’onde, on mettra toutes les chances de notre côté pour faire de bons résultats contre nos concurrents directs”, commente, confiant l’homme fort de la Bécassière.

Des rencontres de haut de tableau pour reprendre, un parcours en coupe à poursuivre, une première place à défendre… les enjeux seront nombreux côté Versoix au printemps prochain. Heureusement, Thierno Bah peut compter sur un groupe profond et de qualité, qui ne devrait pas trop changer durant la période de mercato hivernal : “Nous possédons des bons joueurs à tous les postes et sommes capables de faire un bon deuxième tour avec ce même groupe, l’objectif est de le maintenir le plus inchangé possible. Nous devrons être intelligents pour gérer les deux compétitions et n’hésiterons pas à faire tourner l’effectif car la qualité n’est pas présente que chez les onze joueurs qui débutent les matchs”.

Et si la priorité reste le championnat, les Versoisiens devront particulièrement se méfier de leurs dernières rencontres, face à Onex puis Grand-Saconnex pour terminer. Actuellement relégables, les probabilités pour que ces deux équipes soient encore engagées dans la course au maintien jusqu’aux dernières journées est considérable. Si Versoix venait donc à se battre jusqu’au bout pour une éventuelle promotion et Onex et Grand-Saconnex pour leur maintien, cela pourrait donner lieu à des affrontements pimentés pour conclure la saison.

Est-ce la bonne année pour Versoix malgré la rude concurrence?

 

Photos : Stéphane Eursels






Share.