A qui profite la saison blanche ?

0

L’ASF a officiellement décrété saison blanche pour l’ensemble des championnats amateurs en Suisse. Tour d’horizon sur les gagnants et les perdants genevois d’une telle décision.

Elle était dans l’air depuis plusieurs jours et elle vient d’être confirmée par l’ASF : la décision d’une saison blanche est désormais officielle concernant les championnats amateurs (lire le communiqué ici). Aucune équipe ne sera donc promue ou reléguée. Les douze journées de championnat disputées en moyenne cette saison sont donc mises de côté et chacun repartira à zéro en septembre. Il n’y aura pas de vainqueur de la Coupe genevoise non plus, et les participants à la Coupe de Suisse 2020-2021 seront tirés au sort.

Il a les personnes qui défendent ce choix de l’annulation de la saison et d’autres qui se montrent sceptiques. Néanmoins, la situation est une aubaine pour les relégables et un coup de massue pour les leaders. Qui sont les grands gagnants et les grands perdants de cette décision ?

Les perdants

Honneur aux perdants, et si nous devions en retenir qu’un seul, ce serait sans aucun doute les M21 du Servette FC. Treize matchs pour autant de victoires, un premier tour de rêve qui avait placé les jeunes Grenat dans les meilleures conditions en vue d’une promotion en 1ère ligue tant convoitée depuis maintenant plusieurs saisons. Avec onze points d’avance sur Amical Saint-Prex, l’équipe désormais entrainée par Bruno Pascale, suite au départ d’Adrian Ursea, avait tout en main pour réussir et voit l’ensemble de son travail réduit à néant par cette annulation de l’exercice 2019-2020. Un vrai coup dur pour l’ensemble du club servettien qui gardera un écart de quatre divisions entre la première équipe et sa réserve. Comme si les Grenat n’étaient pas assez lésés, leur section féminine, qui était leader de LNA, ne sera pas sacrée championne non plus.

Chênois II et Vernier sont les deux autres grands désavantagés. Comptabilisants chacun 33 points au compteur sur 36 possibles, les deux équipes filaient tout droit vers la 2ème ligue. Même s’il est vrai que les Verniolans étaient talonnés de près par le FC Donzelle, dans le coup après un surprenant premier tour, la seconde garniture des Chênois possédait neuf points d’avance sur Bosna et Satigny à dix journées du terme. Un matelas confortable qui aurait certainement permis à la formation entraînée par Romain Pétremand de retrouver l’échelon supérieur. L’entraîneur de Vernier Alfredo Foschini a notamment réagi concernant la saison blanche avant que celle-ci ne soit officielle : “Ce serait dommage de ne pas tenir compte des efforts faits depuis le début du championnat, et de ne pas donner la possibilité à des jeunes de pouvoir jouer à un niveau supérieur. Tous leurs efforts n’auront servi à rien. Comment leur expliquer de ne pas quitter leur club pour pouvoir jouer dans une ligue supérieure ?“. Un réel problème auquel ces deux clubs devront faire face durant la trêve.

Chênois II n’évoluera pas en 2ème ligue la saison prochaine.

Que ce soit en 2ème ligue ou dans les trois groupes de 4ème ligue, les différentes luttes pour la promotion faisaient rage. Il est donc difficile de qualifier des équipes comme Versoix ou Benfica de perdants face à cette situation. Le club de la Bécassière venait d’ailleurs de prendre seul les commandes du championnat après sa belle victoire sur le terrain de Lancy II, mais le chemin était encore long et semé d’embûches. En 1ère ligue, le Meyrin FC était 3ème et dans le coup pour disputer les barrages de fin de saison, mais le suspense restait encore entier.

Les gagnants

Une seule équipe genevoise avait son compteur de victoires encore bloqué à zéro cette saison : le FC Grand-Saconnex. Avec deux matchs nuls pour dix défaites, la formation du Blanché était bien mal embarquée pour espérer se maintenir en 2ème ligue. Entre erreurs administratives, défaite par forfait contre Plan-les-Ouates, multiples changements d’entraîneurs et reconstruction de l’effectif cet hiver, la saison des Saconnésiens sentait la poudre. Même s’il est vrai que l’équipe paraissait avoir une autre allure sur ce deuxième tour, le retard était considérable, mais pas irrattrapable. La saison blanche fait en tout cas les affaires du club présidé par Mme Burnier qui devra apprendre des erreurs des deux dernières saisons pour éviter de revivre une nouvelle saison galère.

L’autre équipe embarquée dans une saison galère est le FC Choulex. Avec une seule victoire pour dix défaites et surtout 5 buts marqués pour 48 encaissés, les Sangliers semblaient être au bord du précipice dans le groupe 2 de 3ème ligue. Il leur restait encore tout le second tour pour se refaire la cerise, mais l’écart de huit points avec le premier non-relégable était important. Une chance en or pour l’équipe entraînée par Paul Etoke de repartir l’an prochain dans le calme et la sérénité. Même son de cloche concernant Donzelle 3 ou Osas, abonnés aux places de relégables depuis le début de saison en 4ème Ligue et décrochés en fond de classement.

Bernex peut souffler, ils seront toujours en 2ème ligue inter.

Plusieurs formations peuvent pousser un ouf de soulagement. C’est le cas de Bernex par exemple en 2ème ligue inter qui flirtait avec la barre de relégation et pour qui rien n’allait être facile. Ceci équivaut également pour Chênois ou l’Olympique de Genève en 1ère ligue. Ces derniers ont notamment changé la quasi totalité de leur effectif à l’inter-saison et se dirigeaient droit vers l’inconnu pour ce second tour. Il est également possible de mentionner Onex, Interstar, Sporting, Puplinge ou encore Versoix II pour qui la saison sentait le roussi et les chances de relégations étaient fortes.

Pendant que les uns rigolent, les autres pleurent. Il sera intéressant de voir les conséquences à plus long terme d’une telle décision, car rien n’écarte la possibilité que certaines équipes se voient relancées et d’autres coupées dans leur élan. Réponse dés septembre pour la reprise, espérons-le, des différents championnats cantonaux.

 

Photos : Stéphane Eursels et Ian Vaney

 






Share.