« En intimité », quand les joueurs passent de l’autre côté de la caméra

0

Les frères Mutombo du FC Collex-Bossy, assistés par Jordy Sudan et Gianluca Nucera, ont lancé récemment un concept consistant en des entretiens long format en direct sur Instagram.

Depuis que nous sommes contraints à rester chez nous, nous voyons émerger des dizaines de nouveaux challenges et de nouveaux concepts sur les réseaux sociaux. Les frères Malik et Osni Mutombo, Jordy Sudan et Gianluca Nucera ont eux aussi eu leur petite idée. Depuis peu, ils ont créé un compte Instagram consistant à réaliser des entretiens « en intimité » avec des footballeurs ou ex-footballeurs qui ont côtoyé le monde professionnel et qui sont passés par le football genevois, ou du moins romand. Mais le quatuor d’amis nous réserve encore des surprises. Interview.

Proxifoot : Avant de parler du projet, pouvez-vous dire deux mots quant à votre parcours footbalistique?

Gianluca (25 ans, milieu de terrain) : J’ai été formé au Servette jusqu’en M18 puis je suis parti en Italie à Varese. J’ai connu plusieurs prêts : certains en Serie C (3ème division italienne, ndlr), un à Malte, et j’ai même signé un contrat avec Parme. De retour en Suisse, je suis passé par Servette M21, Fribourg, Azzurri Lausanne et Chênois. Cet été, je suis reparti en Italie pour jouer avec Pavie, en cinquième division.

Osni (27 ans, gardien de but) : J’ai fait ma formation à Servette jusqu’en M21. J’ai ensuite été prêté à Carouge où j’ai eu la chance de participer à la montée en Challenge League en 2011. J’ai passé ensuite 7 ans au Stade Nyonnais et depuis le début de la saison, avec mon frère, je suis à Collex.

Jordy (27 ans, défenseur) : Mon parcours est plus classique. J’ai été formé au FC City, puis j’ai rejoint le FC Vernier avec qui je suis monté jusqu’en 2ème ligue inter et où j’ai par moments été capitaine. Je suis ensuite parti 6 mois du côté de Grand-Saconnex avant de revenir à Vernier l’année passée. À présent, je suis avec Lancy II.

Malik (32 ans, attaquant) : J’ai commencé le foot à City et j’ai rejoint Servette vers mes 13 ans. J’ai ensuite eu un parcours très chargé lors duquel j’ai disputé mon premier match de Challenge League à 16 ans avec Meyrin contre Lugano. Plus tard, j’ai rejoué avec Servette mais aussi avec le Team Genève, Chênois, Bernex, Terre Sainte, Perly et Collex-Bossy.

Comment vous est venue cette idée d’entretiens en direct?

Osni : Un ami, Jordi Nsiala du Stade Nyonnais, avait commencé à interviewer des joueurs et amis sur son compte. On a aimé le concept et on a en quelque sorte pris la relève.

Malik : On a amené un côté plus pro à l’idée de Jordi, qui n’a pas pu poursuivre de son côté.

Malik Mutombo, sous le maillot collésien

Comment préparez-vous ces entretiens ?

Jordy : Pour chaque invité, on partage nos idées, on en discute, on regarde quel profil pourrait être intéressant.  On a actuellement quelques invités de planifiés pour les prochaines semaines.

En deux mots, quel est le but de ce que vous faites ?

Malik : Notre intérêt n’est pas d’avoir des scoops ou de descendre un club à travers un témoignage. On essaye de montrer aux jeunes les pièges qu’il peut y avoir en travers de leurs chemins. Car souvent, on nous apprend à devenir un pro et réussir, mais pas à comment réagir en cas d’échec.

Osni : On aimerait aussi parler de ça en dehors du football. Pourquoi pas avec des personnes qui pratiquent d’autres sports ou qui pourraient partager leur expérience dans d’autres domaines de la vie quotidienne.

Vous ne craignez pas que des jeunes se sentent démoralisés en voyant des parcours autant semés d’embûches ?

Malik : C’est vrai qu’on a eu des témoignages impressionnants, mais il y a aussi des histoires qui se terminent bien.

Osni : On trouve intéressant de parler de ce qui se passe en coulisses chez des joueurs qui ont joué à haut niveau. Cela montre aussi aux jeunes qu’il faut une réelle force mentale pour réussir.

Est-ce que vous vous reconnaissez parfois dans les récits de vos invités?

Malik : Pour ma part, j’ai eu la chance de vivre beaucoup d’aventures tout en restant dans la région. Comme nos invités, j’ai souvent eu des galères.

Gianluca : Je me suis pas mal revu dans les interviews. J’étais mineur à ma signature à Varese, je n’ai pas joué pendant 6 mois. J’ai parfois fait confiance à des mauvaises personnes. J’ai eu aussi des soucis de contrat ici et là…

Jordy : Certaines choses me sont arrivées à moi aussi à plus petite échelle. Chaque choix a ses conséquences, notamment lorsque l’on donne sa confiance à certaines personnes sans assez y réfléchir.

Osni :  Le récit de Nabil Souni (disponible en replay sur leur page Instagram, ndlr) m’a beaucoup parlé car nous avons joué ensemble à Nyon. Autrement, je ne pense pas avoir eu à affronter des difficultés comme celles de nos invités, mais j’en ai eues quelques unes aussi.

Sudan, à gauche, avec le maillot de Vernier

Qu’est ce qui vous plaît avec cette forme en direct, plutôt qu’à l’écrit ou en différé par exemple?

Osni : On veut que ça ressemble à une discussion entre potes. Nous ne sommes pas des journalistes et nous ne nous prenons pas comme tels. Le but est que l’invité nous confie son histoire et ses anecdotes dans une ambiance informelle.

Malik : Nous connaissons la plupart de nos invités. Cela nous permet d’avoir une proximité et de justement créer cette intimité. On arrive par exemple à parler de choses plus délicates comme les affaires de contrat et de salaires.

Jordy : En tant que footballeur amateur, je trouve intéressant de pouvoir suivre un entretien avec ceux qui ont joué plus haut et de pouvoir réagir en même temps.

Il y avait une nonantaine de personnes vendredi soir, vous vous attendiez à réunir autant de monde ?

Osni : Franchement, non ! Au début nous avions une trentaine de personnes et nous étions contents. C’est agréable de recevoir les retours de gens qu’on ne connaît pas qui viennent nous féliciter. Le retour des gens nous importe plus que le nombre de visionnages.

J’imagine donc que vous tirez un bilan positif jusque-là.

Malik : On est surpris. On ne pensait pas toucher tant de monde en un peu plus d’une semaine.

Gianluca : Je ne m’y attendais pas. Dès le premier entretien j’ai vu que les gens aimaient et que plus on avançait plus il y avait de monde. Cela nous fait fait vraiment plaisir et nous allons essayer de continuer ainsi.

Jordy : On va tout faire pour continuer sur cette voie !

Osni Mutombo dans les buts du Stade Nyonnais.

Pensez-vous poursuivre ce projet à long terme ?

Osni : On ne s’est pas fixé d’objectif pour le moment. Chaque semaine, des noms nous viennent à l’esprit et on se dit qu’on pourrait les l’inviter. En tout cas les retours nous donnent envie de continuer.

Gianluca : Il n’y a pas vraiment d’objectif, comme le dit Osni. On contacte la personne quand on a une idée et on regarde si ça l’intéresse. Il faut aussi penser que bientôt certaines personnes reprendront le travail et il faudra donc peut-être revoir les horaires de diffusion.

Par la suite, à quoi peut-on s’attendre ?

Malik : Les gens sont persuadés qu’ils nous ont cerné quant à ce qu’on propose, mais pas du tout (rires). Plus sérieusement, on a pas mal d’idées. On prépare des choses qui devraient plaire, notamment avec des joueurs qui ont joué à très haut niveau.

Osni : Nous nous pencherons aussi probablement sur d’autres personnes que des footballeurs. Il devrait bientôt y avoir un autre sportif ainsi qu’un artiste comme invités.

Nucera sous le maillot de Chênois

Verra-t-on Gianluca et Jordy face à la caméra ?

Gianluca : Je suis quelqu’un d’assez discret et j’aime bien participer depuis l’extérieur pour l’instant. On verra par la suite, on ne sait jamais.

Jordy : Pour le moment ça fonctionne bien avec Osni et Malik qui forment un duo complémentaire. Il est toutefois probable que je fasse également des apparitions.

 

Avec jusque-là comme invités Genseric Kusunga, Yves Miéville, Nabil Souni et Kilian Pagliuca , le casting a été riche en talent, mais aussi en anecdotes. Ce dimanche soir (22h en direct sur leur page Instagram) l’invité sera Thierno Bah, actuellement entraîneur de Versoix. Nous en apprendrons davantage sur ce dernier, ancien international guinéen avec près de 200 apparitions en Super League. Rendez-vous à 22 heures pour ne rien manquer.

Rendez-vous à 22h pour en savoir plus sur Thierno Bah






Share.