Etoile Carouge : Brodard et l’investisseur émirati montent au créneau

0

Election sous haute tension à Carouge : l’ex-président Pierre-Alain Brodard exprime officiellement son soutien à Olivier Doglia et attaque son successeur Michael Palma. Dans le même temps, l’homme d’affaires Salem Baobaid riposte. En parallèle, la direction du club décèle des tentatives d’influence pour le vote.

À Carouge, la tension monte. À une semaine de la fin du scrutin pour l’élection du nouveau président, les camps Doglia et Palma abattent leurs dernières cartes pour amasser le plus de votes possible. Cette fois-ci, les deux clans s’opposent à travers leur représentant.

« Il m’est difficile de penser qu’Etoile Carouge va devenir un club “bling-bling” »

Le projet « carougeois » a bénéficié hier du soutien de Pierre-Alain Brodard, président du club de 2004 à 2018, qui avait alors choisi Michael Palma pour le remplacer. Dans une lettre ouverte adressée aux membres, l’ex-président explique son retournement de veste : « Si j’avais soutenu de manière intense Michael Palma pour me succéder, je ne suis hélas plus dans la même logique aujourd’hui, explique-t-il. Alors qu’il (ndlr : Michael Palma) n’était plus dans la course, certains candidats potentiels ont eu la bonne idée de joindre leurs forces, pour ne présenter qu’un seul dossier, c’est le cas d’Olivier Doglia. C’était sans compter le volte-face du Président Palma qui, accompagné d’un richissime émir, veut désormais garder la présidence, alors qu’il ne la voulait plus ».

Dans son monologue, Pierre-Alain Brodard n’y va pas avec le dos de la cuillère avec l’actuel président. La cible ? Son sponsor émirati. « Il m’est difficile de penser qu’Etoile Carouge FC va devenir un club “bling-bling”. Si le dossier de Michael Palma est très éloquent, on sent très bien les valeurs de ce projet, dont la principale reste l’argent ! Mais qu’en sera-t-il quand ces gens ne pourront plus s’amuser ? Pas besoin de vous donner la suite… » avertit-il.

Baobaid pour au moins cinq ans

En face, la réponse ne s’est pas faite attendre. Jusqu’à présent plutôt réservé, l’investisseur émirati Salem Baobaid s’est lui aussi illustré par des déclarations. Et il attaque de plein front : « Nos adversaires jouent sur la crainte d’un sponsor étranger, mais le comité que nous avons présenté est composé à 80% de Genevois », affirme-t-il.

Directeur général du cabinet de conseil et de l’agence sportive Game Plan Sports Group, dont le siège est à Abu Dhabi, Salem Baobaid serait en cas de réélection de Michael Palma le vice-président du club stellien. En tant que sponsor numéro un,  il promet une enveloppe d’un million de francs rien que pour l’année prochaine. « Nous voulons investir dans un club. Pas seulement dans une équipe, mais aussi dans les infrastructures sportives et le confort des supporters. En ce qui concerne l’académie, nous avons garanti que la prochaine saison sera entièrement gratuite pour les enfants et les jeunes afin d’aider les parents frappés par la pandémie de Covid-19 à maintenir les enfants dans la pratique du sport ».

Salem Baobaid s’est en effet engagé à offrir à tous les joueurs licenciés et à l’école de foot les cotisations pour la saison 2020/2021. On parle d’un investissement de l’ordre de CHF 150’000 à 180’000.-. « Je n’ai pas peur de dire que nous sommes le meilleur choix pour l’avenir d’Étoile Carouge. Notre groupe a les moyens financiers, les connaissances et le désir de faire ce qu’il faut, c’est une équipe et non un «one man show», comme certains peuvent le laisser entendre. Comme je l’ai déjà dit, je m’engage dans ce projet pour une période de cinq ans minimum. Et on ne s’est jamais cachés de notre ambition, qui est d’amener la première équipe là où elle est censée être, dans le haut du classement de la Challenge League, sa place naturelle ».

Pression dans les votes ?

Bien plus grave qu’une guerre d’égo, Proxifoot s’est procuré un message envoyé par Michael Palma aux membres concernant les votations. On y apprend qu’une pression aurait été exercée auprès de certains joueurs. « Il a été remonté au Comité Directeur du Club que certains entraîneurs ont créé des groupes WhatsApp avec des joueurs pouvant voter afin de mener des actions de propagandes. Par ailleurs, il a été demandé par ces mêmes entraîneurs que les joueurs leur envoient la preuve de leur vote en envoyant une photo du bulletin ».

« Nous avons également entendu que des joueurs avaient peur de ne pas fournir la preuve du vote à ces entraîneurs, car ils étaient persuadés qu’ils ne pourraient pas jouer s’ils ne votaient pas pour la recommandation de l’entraîneur. Nous vous confirmons que de telles mesures ne seront jamais tolérées au club », mentionne le message signé Michael Palma.

Et de conclure : « Nous vous rappelons que le vote est confidentiel et que seul le notaire connaîtra le détail des bulletins. Nous avons mis en place ce système justement pour que les votants ne subissent pas des pressions intolérables. Le vote à bulletin secret est une mesure démocratique nécessaire et saine ».

Tout est aujourd’hui dans les mains des 250 membres du club. Initialement prévue le 25 mars, la tant attendue Assemblée générale extraordinaire se tiendra en effet par correspondance, crise sanitaire oblige. Les membres ont jusqu’au 29 mai pour voter par correspondance. Le verdict sera connu le 1er juin au plus tard.

 






Share.