Chênois brille pour s’offrir Meyrin d’entrée

0

Les Meyrinois n’avaient pas la recette face à une équipe chênoise lucide, disciplinée et emballante par moments (2-0). Des débuts autant prometteurs pour Chênois que frustrants pour Meyrin.

La reprise de la 1ère ligue a tenu ses promesses. Pour le premier derby genevois de la saison, en attendant celui de ce samedi entre Lancy et l’Olympique de Genève, c’est Chênois qui a pris le dessus sur Meyrin. Affichant un niveau de jeu très élevé pour une première de championnat, l’équipe de David Joye a mérité les trois points. Les Meyrinois ont quant à eux appuyé sur l’accélérateur trop peu souvent lors de la rencontre pour pouvoir renverser la situation.

Chênois irréprochable sans ballon

La discipline et la lucidité ont été les principales qualités qui ont permis à Chênois de faire la différence vendredi soir. En termes de sacrifices et de positionnement défensif, même en début de match, lorsque Meyrin poussait, ou après le 2-0, lorsqu’il fallait gérer une double avance, les locaux ont eu tout juste. Le duo de centraux inédit formé par Kanda et Ribeiro a repoussé toutes les tentatives de centre meyrinoises tandis qu’à la récupération, les deux milieux de terrain Bilalli et Khelil ont affiché un volume de jeu et une justesse remarquable, de là à ne pas faire ressentir la supériorité numérique des visiteurs dans l’entrejeu, qui évoluaient eux en 4-3-3.

Capitaine après la sortie de Tall sur blessure à la mi-temps, Diallo est conscient que les siens auraient dû mieux répondre au challenge imposé par Chênois dans certains domaines : “En face, ils étaient compacts défensivement et nous ont rendu la tâche difficile. Nous avons également proposé trop peu de solutions au porteur de balle au milieu de terrain, les déplacements étaient insuffisants”. 

Buteur en coupe contre Délémont, Martinez (à gauche), pressé par Khelil, n’a pas répété l’exploit.

Finition à revoir des deux côtés

Mais même sans proposer son meilleur football, Meyrin a su se procurer plusieurs occasions qui auraient pu relancer les débats en seconde mi-temps. Malgré cela, qu’il s’agisse d’un arrêt de Mathorel ou d’une imprécision dans le dernier geste, les visiteurs, de noir vêtus pour l’occasion, semblaient manquer de conviction au moment de conclure. La reprise à bout portant manquée par Martins Cepa (61′) ou les face-à-face perdus par Moussilou avec le gardien chênois (56′ et 70′) sont là pour en témoigner.

Du côté du vainqueur, bien que le travail ait été fait grâce à un penalty du capitaine Bilalli (42′, 1-0) et à un tir rapproché du très bon Munishi (57′, 2-0), les buts auraient dû être plus nombreux. Les temps forts pour les locaux ont été double : de leur ouverture du score au deuxième but, et en fin de match, sur contre-attaque. Nsilu, Munishi, Ibongo et Mboso ont chacun eu à ces moments-là au moins une fois l’occasion d’inscrire leur nom -une seconde fois pour Munishi- parmi ceux des buteurs de la soirée, sans y parvenir. La mentalité chênoise du jour de ne pas reculer et de continuer à presser et à se projeter vers l’avant même avec un avantage de deux unités est néanmoins à saluer.

Karim Robin a quitté Versoix pour venir renforcer Meyrin.

“On a su être patients pour concrétiser au moment venu”

Quelque peu agacé par les difficultés des siens à infliger le coup du ko, l’entraîneur de Chênois David Joye ne pouvait cependant que se montrer satisfait de la prestation plus que sérieuse de son groupe : “Nous avons continué sur la lignée des belles choses vues la semaine passée (victoire 2-1 en amical à Échallens, ndlr). Nous avons su être patients pour concrétiser au moment venu. Ce bon match est le fruit du travail de l’équipe et nous donne de belles perspectives pour la suite. Il faudra savoir se mettre à l’abri plus rapidement à l’avenir, mais je pense qu’on pourrait aller chercher quelque chose de cette manière” conclut de façon intrigante l’entraîneur des Trois-Chêne.

Pour Meyrin, dont la préparation a été tronquée suite à une quatorzaine imposée à la totalité du contingent, se relancer dimanche prochain lors d’un nouveau derby contre l’Olympique de Genève ne sera pas une option, mais déjà une obligation : “Nous travaillerons pour faire en sorte de rattraper notre retard sur le plan de la préparation. Ces neuf jours supplémentaires avant de rejouer vont nous faire du bien et nous permettrons d’arriver plus frais au match contre l’OG, où la victoire sera une obligation. Nous nous devons de réagir et de lancer notre championnat avec une victoire” affirme le numéro 6 Ibrahim Diallo.

L’Olympique de Genève est prévenu : les protégés de Jean-Philippe Lebeau seront affamés dimanche prochain. Pour Chênois, le déplacement à Terre Sainte de samedi sera une opportunité de démarrer une série de victoires, afin de se placer dans le haut de tableau. Ce qui est certain, c’est qu’en restant proche des standards affichés pour ce retour à la compétition, la troupe guidée par David Joye ne risque pas de devoir se soucier de la relégation, comme c’était le cas en automne dernier. Affaire à suivre.

 

CS CHÊNOIS – MEYRIN FC 2-0 (1-0)
Stade des Trois-Chêne

Buts : 42′ Bilalli (P), 57′ Munishi 2-0

Chênois (4-4-2) : Mathorel – Blättler, Kanda (71′ Molina), Ribeiro, Ensina – Munishi (67′ Ibongo), Bilalli ©, Khelil, Rungasamy (57′ Mboso) – RIchard (71′ Imbriaco), Nsilu.
Entraîneur : David Joye

Meyrin (4-3-3) : Monteiro – Jourdan, Rezzonico, Tall © (46′ Q. Salihi), Iyeti (87′ Cusanno) – Zambrella, Robin, Diallo – Martinez (62′ F. Salihu), Moussilou, Martins Cepa (77′ Russo).
Entraîneur : Jean-Philippe Lebeau

Avertissements : Bilalli, Ensina, Khelil (Chênois); Martinez, Diallo, Rezzonico (Meyrin)

 





Share.