Perly et Interstar terminent frustrés

0

Malgré une partie animée et de qualité, aucune des deux équipes n’est parvenue à faire trembler les filets adverses (0-0). Le CSI a dominé mais a pêché dans le dernier geste alors que les Perlysiens n’ont jamais réussi à imposer leur jeu.

Un match de reprise est toujours particulier, mais un match de reprise après une pause de six mois à cause du COVID-19 l’est davantage. “Les joueurs avaient des fourmis dans les jambes, ils étaient très excités à l’idée de disputer enfin une rencontre officielle après une si longue pause, expliquait l’entraîneur local Mattia Petrini une fois le coup de sifflet final donné. Je pense que les émotions ont pris le dessus ce soir et nous avons eu du mal à les maitriser”. Si l’ensemble des acteurs présents sur la pelouse se sont donnés corps et âme, ils ont souvent manqué de lucidité et de calme au moment de prendre les bonnes décisions et de se montrer décisifs. Ce qui a notamment provoqué l’issue finale avec un résultat nul et vierge au tableau d’affichage. La volonté de bien faire et de l’emporter était telle chez les deux équipes que ce partage des points ne satisfera évidemment personne.

Le CSI en force tranquille

Cette rencontre était également l’occasion de retrouver Bruno Rocha à la tête d’une équipe, après une pause d’une saison. Le nouvel entraîneur d’Interstar n’était cependant pas présent sur le banc de touche car il s’est vu infliger une suspension de cinq matchs à la suite d’un incident survenu lors d’un match amical. Pas de quoi perturber ses hommes qui se sont montrés très à leur affaire ce samedi soir.

Si l’entame de match est largement à l’avantage des Perleysiens qui se créent pas moins de trois situations concrètes de but, les visiteurs ne vont jamais paniquer et prennent peu à peu le dessus sur leur adversaire une fois le quart d’heure de jeu passé. “Nous avions une moyenne d’âge de 20 ans sur le terrain à l’heure du coup d’envoi, avance Bruno Rocha. Ce qu’ils ont fait est admirable en gérant parfaitement les temps faibles et les temps forts“. Omniprésents à mi-terrain, les joueurs d’Interstar étouffent complètement les locaux et les obligent à jouer contre nature en sautant les lignes.

Il faut attendre néanmoins la fin de la première période et le début de la seconde pour voir les premières vraies opportunités des visiteurs. Ben Mabrouk tente tout d’abord sa chance de loin, sans succès, avant que Sordillo n’hérite des deux plus belles occasions de la rencontre. Idéalement servi, l’attaquant échoue par deux fois sur un Pinheiro des grands soirs. En un match, Bruno Rocha a déjà métamorphosé la formation de Varembé, décevante et méconnaissable lors des deux dernières saisons. Sa patte est déjà bien visible : son équipe sera difficile à manœuvrer et à battre. “Notre longue préparation a porté ses fruits et nous avons vu une excellente équipe d’Interstar ce soir“, se réjouissait Bruno Rocha.

Le capitaine d’Interstar Mlikota aux côtés de Tato.

Frustration des deux côtés

La fin de partie voit deux équipes coupées en deux avec de nombreux va-et-vient. À ce jeu, c’est Interstar qui se procure les meilleures situations, mais une nouvelle fois, la dernière passe et la conclusion ne sont pas au rendez-vous. Le partage des points parait donc logique au vu de la physionomie du match.

Mis à part dans le premier quart d’heure, les locaux ont eu beaucoup de difficulté à mettre en danger l’arrière garde adverse, emmenée par un Gomes des grands soirs. Seul Rey s’est procuré une belle chance à cinq minutes du terme, mais c’était trop peu pour espérer mieux qu’un point. La préparation tronquée par la quatorzaine imposée à l’équipe peut-être une des explications : “Nous avons bien commencé, mais ensuite nous avons eu beaucoup de peine à enchaîner et à nous trouver, analyse le milieu perlysien Meireles. Nous ne nous sommes pas sentis à l’aise sur le terrain et sans un grand match de notre gardien, je pense que nous aurions pu perdre. Nous sommes encore loin d’être prêts physiquement et ça s’est vu ce soir, notamment à cause de la quatorzaine tombée en plein milieu de notre préparation. C’est frustrant car nous voulons gagner tous les matchs que nous jouons”.

Le gardien Pinheiro, auteur d’une grande performance.

Du côté des visiteurs, la frustration était également bien présente au vu des nombreuses occasions galvaudées. “Si une équipe devait gagner ce soir, c’était nous, regrette Bruno Rocha. Nous avons eu les meilleures occasions et nous avons surtout dominé notre adversaire. Evidemment faire un point ici, c’est positif, mais je pense que nous aurions pu faire encore mieux“. De bon augure pour la suite de la saison.

Les deux formations chercheront à glaner leur première victoire dès la semaine prochaine : Interstar recevra City, alors que Perly se rendra à Meyrin.

 

FC PERLY-CERTOUX – CS INTERSTAR  0-0
Stade municipal de Perly

Perly (3-4-3) : Pinheiro – Mendes (47′ Dubosson), Vuichard ©, Penas (59′ Seixas) – Prébandier, Tato, Meireles, Polizzi – Rey, Piaget (59′ Meyer), Simoes.
Entraîneur : Mattia Petrini

Interstar (4-1-4-1) : Thioune – Golay, Nkodo, Gomes, Galera (70′ Sadiki) – De Oliveira – Ben Farhat (73′ Salgado), Ben Mabrouk (63′ Aodish), Mlikota © (80′ Moutinho), Oliveira – Sordillo (83′ Tomasini).
Entraîneur : José Manuel Dinis Pinto

Avertissements : Simoes, Mendes, Seixas, Tato (Perly); Ben Mabrouk, Galera (Interstar).

 






Share.