Collex-Bossy régale son public

0

Les Chevaliers réalisent une seconde période de haute volée avec pas moins de quatre buts inscrits qui leur permet de prendre le meilleur sur CS Italien (4-1).

Dans un derby de haut de tableau qui promettait d’être serré et indécis, Collex-Bossy n’a pas laissé la moindre chance à son adversaire du soir. Solides durant la quasi totalité de la rencontre, les hommes d’Yves Miéville ont parfaitement abordé ce duel d’un point de vue tactique. “Nous savions que nous allions affronter un 3-5-2 ou un 3-4-3, expliquait l’entraîneur collésien à l’issue du match. J’ai demandé à mon équipe de jouer plus bas que d’habitude et de se projeter rapidement vers l’avant dès la récupération pour les mettre en danger“. Un plan qui a parfaitement fonctionné et face auquel CS Italien n’a jamais su trouver la clé.

Le calme avant la tempête

Défait pour la première fois de la saison la semaine dernière malgré une prestation positive, CS Italien avait à coeur de se reprendre dès ce samedi et le montre dès les premiers instants de la partie. Les joueurs de Maxime Antonilli prennent le match à leur compte et s’installent dans le camp adverse. Peu habitués à jouer sur l’herbe, les visiteurs commettent plus d’erreurs techniques que d’accoutumée et peinent à s’approcher des buts du capitaine Mutombo.

Ils obtiennent tout de même la meilleure chance du premier acte à la 20ème minute. Bien lancé en profondeur sur un coup-franc rapidement joué, Da Silva se présente seul mais ne cadre pas sa tentative. Bien en place, Collex-Bossy ne laisse aucun espace à son adversaire le reste du temps et muselle parfaitement le maître à jouer Iñaki Fernandez. “J’avais donné comme consigne de resserrer les lignes et de jouer compact, car nous savions que ça pouvait aller très vite en face”, détaillait Yves Mièville.

Iñaki Fernandez, ici à terre, a souffert face à la défense des Chevaliers.

Les 22 acteurs rejoignent les vestiaires sur ce score nul et vierge logique. Il est alors bien difficile de se faire une idée sur le vainqueur du jour. D’un côté, des locaux qui se montrent solides, mais qui ne se créent que peu d’occasions et de l’autre un CS Italien qui monopolise le ballon mais qui ne trouve pas la solution face au bloc des Rouges.

L’ouragan collésien

La seconde période va être bien plus ouverte et les Chevaliers ne tardent pas à planter la première banderille. Le centre de Cunha trouve Salan au deuxième poteau. L’attaquant envoie le ballon au fond des filets, mais est signalé en position de hors-jeu. Ce n’est que partie remise puisque cinq minutes plus tard, le centre d’Albanese est envoyé dans ses propres buts par le capitaine des Bleus Makabi (55′ 1-0). Une entame parfaite des locaux qui ne laissent pas respirer leurs opposants.

Une réussite qui transforme la physionomie de la partie. “Jusque là, nous étions bien dans le match, avouait Makabi. Nous avions fait une bonne première mi-temps, mais nous prenons rapidement ce but sur un fait de jeu où je mets moi-même le ballon au fond. Ensuite ils ont bien joué les coups et nous avons perdu beaucoup trop de duels”. La suite est un monologue des Collésiens qui sont sur tous les ballons et qui transpercent la défense du CS.

Sur un dégagement de Mutombo, Salan gagne son duel face à Kisunda puis ne tremble pas face à Solari (63′ 2-0). Tout va trop vite pour les visiteurs qui encaissent une nouvelle réussite sur un maître coup-franc de Cunha qui termine sa course dans la lucarne (69′ 3-0). Albanese met fin aux débats sur un très bon service de Salan (72′ 4-0) dans la foulée. Les Chevaliers ont donc inscrit quatre buts en l’espace de 17 minutes !

Salan, ici au duel avec Reymond, a inscrit son 7ème but de la saison.

Da Silva réduira le score d’une frappe lointaine (80′ 4-1) en fin de match mais ce sont bien les locaux qui s’imposent avec la manière à la suite d’un match maitrisé de bout en bout.

“Pour l’instant, tout se passe bien”

Quelques minutes après le coup de sifflet final, Yves Miéville était heureux, mais pas euphorique : “Nous avons parfaitement joué les coups aujourd’hui, j’ai presque envie de dire que tout nous a réussi. Le match aurait pu tourner en leur faveur en première période. Tout le monde a bien bossé. J’avais un petit peu peur de ça, car l’an dernier, nous avons eu des moments compliqués contre eux et là nous avons parfaitement négocié ce choc“. Toujours invaincus, les Collésiens seront difficiles à battre avec un tel état d’esprit : “Je peux compter sur un groupe de 23 joueurs, tout le monde se bat ensemble pour la victoire, tout se passe bien. On verra petit à petit, on ne se met pas d’objectif. Pour l’instant tout est avec nous, et j’espère que ça va continuer”.

Du côté des vaincus, le capitaine Makabi se voulait positif malgré une seconde défaite de suite avec quatre buts encaissés en seconde période. “Ce n’est pas la fin du monde. C’est vrai que c’est dur d’avoir perdu deux matchs de suite, surtout face à des adversaires directs pour le haut du tableau, mais nous allons continuer à travailler et repartir de l’avant. Nous avons une équipe jeune et nous devons utiliser ce genre de série pour apprendre. Ce sont ces moments qui forgent un groupe“.

La semaine prochaine, CS Italien tentera de se relancer à domicile face à Sierre, alors que Collex-Bossy se rendra à Morges pour poursuivre son excellente série.

FC COLLEX-BOSSY – CS ITALIEN  4-1 (0-0)
Stade Marc Burdet

Buts : 55′ Makabi (csc) 1-0, 63′ Salan 2-0, 69′ Cunha 3-0, 72′ Albanese 4-0, 80′ Da Silva 4-1.

Collex (4-4-2) : Mutombo © – Pasche, Azevedo, Roca, Cunha – Albanese (85′ Parigini), Rego (70′ Ayete), Kerouedan, Sposito (64′ Lhoneux) – Salan (83′ Boukhenoufa), Jung.
Entraîneur: Yves Miéville

CS Italien (3-4-3) : Solari – Reymond, Makabi ©, Kisunda (76′ Spätig) – Staffieri (70′ Haroun), Fouda (60′ Boillat), Canton (82′ Gouanou), Bouhdadi (65′ Rolle) – Da Silva, Fernandez, Canton.
Entraîneur : Maxime Antonilli

Avertissements : Azevedo, Rego, Sposito et Salan (Collex);  Kisunda et Rolle (CS Italien).

Share.