Kilian Pagliuca, prêt à prouver

0

Près d’un an après sa dernière apparition en match officiel, Kilian Pagliuca s’est engagé en première division slovaque. Le Genevois se dit déterminé à saisir cette opportunité.

 

En 2013, Proxifoot écrivait sur un espoir du football suisse, Kilian Pagliuca. À l’époque, l’attaquant ayant effectué ses premiers pas à Meyrin et Servette avait fait le grand saut en rejoignant le centre de formation de l’Olympique Lyonnais à seulement quinze ans. Les années ont filé et le natif de Chênes-Bougeries a lui enfilé quatre autres maillots depuis. Entre déceptions en Suisse et frustrations en troisième division allemande, Pagliuca a peiné à faire décoller sa carrière. Mais à seulement 24 ans, le talent genevois a encore plusieurs cartes à jouer et a faim de succès. C’est depuis le championnat slovaque que le nouveau numéro 28 du FC Nitra tentera de repartir de plus belle.

« Depuis que j’ai quitté l’OL, j’ai un peu été freiné dans mon élan »

Revenons en arrière. Début 2016, après trois ans et demi du côté de Lyon, Pagliuca décide de revenir au pays. Un choix qui peut sembler étrange, sachant que le Genevois avait la possibilité de signer un contrat pro dans le club présidé par Jean-Michel Aulas, mais qui avait été mûrement réfléchi : « J’étais titulaire avec les jeunes de la Nati quand j’ai choisi de signer à Zürich. Je pensais qu’en rentrant en Suisse, j’allais pouvoir trouver ma place en Super League et surtout me rapprocher de l’Allemagne, qui a toujours été un pays où j’ai voulu jouer ».

Dans les faits, les choses se passent autrement. Bien que le Genevois réussisse à rejoindre l’Allemagne à l’été 2018, il vit précédemment des saisons compliquées, sans parvenir à s’imposer au FCZ et en étant même prêté à Wohlen en Challenge League. Cette période en suisse alémanique reste d’ailleurs la majeure déception de la carrière de Pagliuca : « Depuis que j’ai quitté Lyon pour signer à Zürich ma carrière a un peu été stoppée dans son élan. Je reconnais avoir ma part de responsabilités, mais certains choix en ma défaveur allaient au-delà du football là-bas ».

À l’époque, le Genevois portait le maillot des jeunes de la Nati. (source : football.ch)

« Je n’avais jamais passé six mois sans club »

Quant à son passage en Allemagne, l’attaquant lui-même le décrit comme « enrichissant », malgré une fin brusque et quelque peu décevante. Une première saison au FC Hallescher et une seconde à Jena, où son club est relégué et où il ne dispute pas une grande partie de celle-ci : « La saison dernière était vraiment compliquée. On a changé quatre fois d’entraîneur et parfois il s’agissait d’anciens joueurs qui alignaient leurs amis plutôt que ceux qui méritaient. Quand la suspension des championnats est arrivée, on était pratiquement sûrs de ne pas nous maintenir donc ceux dont le contrat finissait, comme moi, n’étaient plus convoqués ». Le Genevois avait en effet une clause le libérant en cas de relégation.

Et maintenant ? La dernière rentrée de Kilian Pagliuca en match officiel remonte au 7 mars dernier. Près de onze mois se sont écoulés, une éternité pour l’attaquant de 24 ans : « C’était difficile de tenir presque un an sans jouer. Je n’avais jamais passé six mois sans club non plus ». Une situation jamais simple pour un footballeur jeune, que le Genevois a tenté de vivre le plus sereinement possible, en relativisant un maximum : « Cette période m’a aussi permis de passer plus de temps avec ma famille, mes amis et ma copine. J’avais quitté la maison très tôt et tout était allé vite pour moi. Cela m’a permis d’enfin prendre un peu de recul. Être bien entouré m’a aussi été très utile pendant cette période de transition. Je n’ai pas eu de moment de doute ni été inquiet lorsque j’étais sans club donc ».

Les désillusions se sont multipliées depuis son départ de l’OL.

Ralenti par un agent

La patience de Pagliuca a finalement été récompensée au cours de ce mercato hivernal. Malgré que cela ait pris du temps, c’est en Slovaquie, comme son compatriote Adler Da Silva, que l’attaquant trouve un point de chute. Un soulagement, après des transferts avortés lors du mercato estival : « Cet été, un agent était en contacts avancés pour me faire signer en Super League. J’ai donc décliné d’autres offres d’Ukraine, Pologne et Bulgarie au même moment. Rien de tout ça ne s’est fait et je me suis retrouvé en octobre à Genève, sans club, à m’entraîner avec Nyon et Meyrin. Je tiens d’ailleurs à remercier les deux clubs ainsi que leurs entraîneurs respectifs, Anthony Braizat et Jean-Philippe Lebeau, de m’avoir donné cette opportunité ».

La nouvelle destination, connue depuis maintenant environ une semaine, est le FC Nitra en première division slovaque. Un point de chute probablement moins excitant que la Super League mais où le buteur genevois tentera de s’illustrer : « Un investisseur allemand que je connaissais a repris le club. Une dizaine de joueurs qui étaient en Allemagne sont arrivés ici comme moi. Je suis content d’avoir cette opportunité. Le projet est bon et les conditions pour s’entraîner et récupérer sont meilleures que celles que j’ai pu avoir ces dernières années ».

Le buteur espère retrouver rapidement le chemin des filets.

Un derby genevois en Slovaquie !

Arrivé depuis une dizaine de jours dans son nouveau club, Pagliuca a hâte de commencer : « Je suis affamé, le football m’a vraiment manqué. Jouer des matchs officiels est ce qui compte pour des footballeurs, s’entraîner ne suffit pas ». Le numéro 28 du FC Nitra a aussi confiance en ses qualités malgré le manque de compétition récent : « Je suis ici pour prouver mes qualités dans une première division européenne. Je connais mes qualités et je sais que si je suis à 100% je pourrai être utile à l’équipe. J’ai eu des moments difficiles mais je n’ai que 24 ans. Tout peut aller vite dans le football et j’espère pouvoir faire le pas tant attendu dans les années à venir ».

C’est dès ce samedi, à l’occasion de la reprise de la Fortuna Liga, que Pagliuca pourra revivre la sensation d’une rencontre officielle. Ironie du sort, son retour à la compétition officielle sera justement contre le FK Pohronie (samedi 17h30), club tout juste rejoint par le Genevois Adler Da Silva : « On se connaît depuis longtemps avec Adler. Ça me fera plaisir de pouvoir échanger avec lui samedi. Il a des qualités et je lui souhaite tout le meilleur pour la suite. Par contre, je préfère qu’il reste tranquille face à nous (rires) ».

Malheureusement, il est peu probable que nous puissions voir un duel de Genevois dès la première minute ce samedi : « Je me suis bloqué le dos lors du dernier amical et je viens de reprendre l’entraînement. Je serai peut-être un peu juste pour être dans le Onze ». Ce nouveau départ pour Kilian Pagliuca, le troisième en autant d’années, sera quoi qu’il arrive à suivre attentivement, qu’il débute officiellement samedi ou non.

Cliquez ici pour suivre le match entre le FK Pohronie et le FC Nitra (17h30) !






Share.