Romaric Nya Ngatcha: « Le football m’a tout donné »

0

Désormais joueur du FC Champel en 2ème ligue, l’attaquant franco-camerounais de 28 ans revient sur sa carrière, faite de hauts et de bas. De sa victoire en Coupe Gambardella 2010 à son aventure au FC Sion, en passant par son transfert avorté à Servette et par sa pige sur l’île de la Réunion, l’avant-centre a tout connu ou presque. Entretien.

 

La Coupe Gambardella 2010, « le meilleur souvenir de ma jeune carrière »

Formé à Annecy après des débuts dans le club de sa ville d’Annemasse, Romaric part en Lorraine, pour le FC Metz, où il intègre les moins de 16 ans. Avec les Grenats, il connaît l’immense joie d’une victoire en Coupe Gambardella en 2010. Le jeune joueur remporte donc la compétition la plus prestigieuse pour les U19 en France. Un moment fort pour Romaric, qui en garde un souvenir impérissable : “On avait une grande équipe, on a eu un parcours formidable. C’est le meilleur souvenir qu’il me reste de ma jeune carrière de footballeur”.

Une victoire retentissante, d’autant plus que notre protagoniste y joue un rôle plus qu’important : “J’ai eu l’honneur de marquer le but de la victoire au Stade de France. C’était quelque chose d’extraordinaire”. En effet, Romaric Nya Ngatcha inscrit ce 1er mai 2010 le penalty décisif qui permet à son club de battre Sochaux 1-1 (4-3 tàb) en finale.

Romaric Nya Ngatcha après son penalty décisif en finale de la Coupe Gambardella 2010. On remarque Kalidou Koulibaly (à droite).

Dans les rangs sochaliens, il y a des joueurs comme Cédric Bakambu (ex-Villarreal) ou Jérôme Roussillon (Wolfsburg), mais ce sont bien les joueurs messins qui nous intéressent : “On avait une équipe incroyable. Il y avait Kalidou Koulibaly, qui joue à Naples et Bouna Sarr, qui joue aujourd’hui au Bayern Munich ». Des coéquipiers d’exception, que l’attaquant de Champel ne voyait pas forcément percer aussi haut : “On ne s’attendait pas à ce qu’ils deviennent ce qu’ils sont devenus. Notre rêve était juste de devenir footballeur professionnel, on ne s’attendait pas à ce qu’ils soient parmi les meilleurs joueurs du monde. Après, avec du travail et de la détermination, tout est possible”. À noter que le natif d’Annemasse a aussi côtoyé Sadio Mané lors de ses années au centre de formation du FC Metz.

Pourtant, malgré ses succès avec les Grenats, Romaric ne passe pas pro en Lorraine. Les raisons sont diverses et restent floues : “Il y a des choses que je préfère garder pour moi, c’est personnel ».

Sous les couleurs du FC Metz avec son coéquipier Bouna Sarr (à gauche)

Du FC Metz à UGS, il n’y a qu’un pas

À défaut de passer professionnel en France, l’attaquant trouve un point de chute en Suisse : “Grâce à mon agent, je fais un match amical avec UGS contre Servette”. Le jeune homme doit alors signer avec le Servette FC et rester en grenat, mais le transfert ne se fait pas. C’est à ce moment-là que UGS le contacte pour lui demander de les aider pour une saison. “Je ne connaissais pas UGS, à la base je devais aller à Servette”, confie-t-il, honnête. Ainsi, l’ancien espoir du FC Metz se retrouve à Frontenex, en 1ère ligue, où il inscrira quatre buts en onze apparitions.

Sous les couleurs d’UGS, alors entraîné par David Joye (Photo: Ian Vaney)

Passé pro au FC Sion

Après cette saison de transition à Genève, le franco-camerounais part en Valais pour poursuivre son rêve et devenir footballeur professionnel : “J’ai signé trois ans professionnel à Sion, même si je jouais avec les M21”. Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu du côté de Tourbillon : “J’ai eu une période de deux ans où j’ai eu beaucoup de blessures”. Triple déchirure des ligaments, malléole, adducteurs, épaule… tout y passe.

En conséquence, Romaric est prêté à Naters, en 1ère ligue. Dans le Haut-Valais, il retrouve des couleurs et marque but sur but : “Je fais une super saison, je marque beaucoup de buts et je termine meilleur buteur”. Au total, il inscrit 19 buts en une cinquantaine de matchs. De belles statistiques qui ne suffisent pas pour être conservé par le FC Sion. Il part ensuite à Terre Sainte (D4), puis à Bavois (D3), où il ne joue pas, handicapé par une blessure.

Avec Gennaro Gattuso, ancien joueur et entraîneur du FC Sion

Retour aux sources, à Genève

Après ces aventures plus ou moins fructueuses en Suisse et une courte pige sur l’île de la Réunion, Romaric prend la décision de rentrer à Genève : “J’ai ma famille auprès de moi à Genève. Je suis d’Annemasse à la base, le football genevois est juste à côté de chez moi”.

Après des passages à Chênois, où il retrouve David Joye, ainsi qu’à Plan-les-Ouates, il rallie le FC Champel à l’été 2019. Aujourd’hui en 2ème ligue, le joueur de 28 ans porte un regard sage sur sa carrière de footballeur : “Je n’ai pas de regrets, le football m’a tout donné. Aujourd’hui, je prends la vie sur le moment, je m’amuse sur le terrain”.

Un football qu’il n’est pas prêt de quitter : “Le football fait partie de ma vie, je veux rester dans le domaine du football, il n’y a que le foot dans ma vie. Je veux entraîner des jeunes dans le futur”. On verra si le futur lui réservera autant de surprises et de rebondissements que son passé.

 

Photo de couverture: Ian Vaney






Share.