Vincent Rüfli : « À Genève, on est plus talentueux que travailleurs »

0

Vincent Rüfli est de retour en Suisse romande après plusieurs saisons à l’étranger. Le défenseur genevois nous parle de sa carrière, de son arrivée au SLO et de son futur.

Parmi les joueurs nés à Genève lors des dernières décennies, Vincent Rüfli est de ceux à la carrière enviable. Né et formé à Carouge, le latéral comptabilise plus de 160 rencontres de Super League, trois saisons en France et même une sélection avec l’équipe de Suisse. À 33 ans et encore « bien physiquement et mentalement » d’après ses dires, celui ayant défendu le blason du Servette FC pendant cinq saisons n’a pas l’intention de stopper sa course de si tôt. Il vient justement de poser ses valises au Stade-Lausanne Ouchy en Challenge League, et ce jusqu’au terme de la saison en cours au moins.

« Je voulais me rapprocher de Genève »

Après Genève et le Valais, puisque le Genevois a porté le maillot sédunois entre 2013 et 2016, c’est donc un nouveau canton romand que découvre Rüfli. Un choix réfléchi et tout sauf anodin : “On a cherché un club près de la région de Genève car je souhaitais m’en rapprocher. J’ai eu un bon feeling avec le directeur sportif du SLO et j’ai demandé à Saint-Gall de me libérer. Je suis content de ce choix, mes débuts se sont bien passés jusqu’à présent”, commente l’ancien stellien.

En près de quinze ans de carrière dont beaucoup en Suisse romande et à Genève, Rüfli est aussi de ceux bien placés pour juger l’évolution du football dans la partie francophone du pays. Sa dernière saison et demie du côté de Saint-Gall ainsi que les trois précédentes en France à Dijon et au Paris FC lui permettent aussi de se rendre compte du contraste entre ces différentes réalités : “On a toujours eu de la qualité en Romandie et à Genève, mais c’est vrai que ce n’est pas la même mentalité qu’ailleurs. À Genève, on est plus talentueux que travailleurs, comparé à Saint-Gall par exemple”.

Il faut néanmoins reconnaître que les talents issus des alentours du Lac Léman sont toujours plus nombreux. Le dernier exemple en date est celui de l’équipe de Suisse M-21, dont une grande partie des joueurs-clés viennent de Genève ou Vaud : “Les jeunes comprennent aussi qu’il faut travailler plus qu’avant. Quand le talent est mis au bénéfice du travail, c’est encore meilleur. Même ici au Stade-Lausanne il y a beaucoup de jeunes prometteurs avec du potentiel. À eux de continuer à se montrer pour s’affirmer”. Nous pouvons par exemple penser à Zeki Amdouni, Mergim Qarri, Karim Gazzetta, Alban Ajdini et tant d’autres.

Rüfli a joué une saison et demie à Saint-Gall dernièrement. (Photo : site officiel FC Saint Gall)

Changement de statut et de poste… avec un coup à jouer ?

Et il n’y a pas que des jeunes prometteurs comme ceux que Vincent Rüfli vient de citer du côté d’Ouchy. Le club promu au second échelon national à l’été 2019 semble avoir trouvé la recette en combinant joueurs affirmés et pépites en prêt : “Il y a un bon amalgame et ça se voit sur le terrain. Nous jouons au ballon et obtenons des résultats très bons”, commente le Genevois. Des résultats qui placent actuellement le second club lausannois à la troisième place de Challenge League, à un seul point des barrages. Tout reste imaginable à dix journées du terme.

Vincent Rüfli, dont le poste a changé et est désormais plus axial dans une défense à trois, est sans doute de ceux qui pourraient jouer un rôle décisif dans la quête de ce qui constituerait un exploit inimaginable pour un club comme le Stade-Lausanne Ouchy, qui évoluait encore en 2ème ligue interrégionale en 2014. Le trentenaire de Carouge préfère néanmoins penser au collectif plutôt qu’à endosser à tout prix ce statut de leader : “Qu’on ait 23 ou 33 ans, tout le monde est capable de montrer de l’envie, de tout donner et de se révéler être un leader. On a la qualité pour monter et on l’a prouvé jusqu’à présent. Il faut que chacun fasse les choses qu’il doit et sait faire”.

Il reste dix matchs au SLO et à Rüfli pour tenter d’écrire un nouveau bout d’histoire. Quant au futur du Genevois dont le contrat prendra fin cet été, il demeure incertain : “Le football dépend des opportunités qu’on te donne. Je n’exclus pas un retour à Genève, on verra bien”. Mieux vaut en effet concentrer toutes ses énergies sur cette fin de championnat plutôt que de penser à d’autres choses. Le périple des Vaudois à la meilleure défense de Challenge League reprend samedi à Kriens, équipe des autres Genevois Baba Souare et Robin Busset.

Vincent Rüfli a rejoint le Stade-Lausanne à la mi-janvier. (Photo : site officiel SLO)

Photo de couverture : Facebook Paris FC

 

Share.