Carouge a les ingrédients et le temps

0

Après près de six mois, Étoile Carouge est la première équipe d’actifs du canton, Servette excepté, à reprendre la compétition. L’entraîneur Claudio Morelli fait le point avant le déplacement chez les Black Stars de Bâle.

Qu’elles semblent loin, les bonnes nouvelles tombées il y a un peu plus d’un mois dans un communiqué de l’ACGF. Une trentaine de jours plus tard, le plan de reprise prévu pour le football amateur dans notre canton semble presque irrationnel au vu de l’évolution, ou plutôt de la stagnation de la situation sanitaire. Pour les mordus de football genevois, il y aura toutefois une petite chose en plus à se mettre sous la dent dès ce week-end : Carouge retrouvera la Promotion League. L’entraîneur stellien Claudio Morelli s’est exprimé par rapport à cette reprise, en parlant de la gestion du groupe en cette période délicate ainsi que des objectifs pour la saison en cours et à plus long terme.

Un retour dans la confusion

Le timing compte beaucoup dans le monde du football et, en l’occurrence, Claudio Morelli a été peu chanceux sur ces douze derniers mois. Arrivé à l’hiver 2019 pour remplacer Jean-Michel Aeby parti du côté d’Yverdon, celui qui était analyste vidéo au FC Bâle a été stoppé net par l’arrêt des compétitions. Bien que le principal concerné avait déjà fait partie du club dans le passé et était « resté en contact avec le club », ce n’étaient pas les meilleures conditions pour démarrer le challenge le plus ambitieux de sa carrière d’entraîneur.

En ajout à cette frustration de ne pas avoir pu diriger sa nouvelle équipe en championnat, le technicien détenteur du diplôme A de l’UEFA a vécu le changement de dirigeance au printemps 2020. Pour rappel, Michael Palma s’était retiré de la tête du club, et le bras de fer pour sa succession entre Salem Baobaid et Olivier Doglia avait été remporté assez largement par ce dernier. Des chamboulements en interne qui ont malgré tout convenu sans problème à l’entraîneur stellien : « Ce sont deux approches et styles de management différents. Aujourd’hui, le nouveau président est proche du football et suit l’aspect sportif avec beaucoup de passion. C’est une proximité et une chaleur que j’apprécie et qui donne envie de bien faire ».

Premier tour en dents de scie

Claudio Morelli a donc dû patiemment attendre la saison 2020-2021 pour faire officiellement ses retours sur le banc carougeois. Encore une fois, les compétitions ont été suspendues prématurément, mais Carouge avait tout de même déjà pu se confronter à onze de ses quinze adversaires. Le bilan ? Six victoires, un nul et quatre défaites, soit 19 points. Un total qui les place tout juste dans la première partie de tableau : « Nous avons montré lors de certaines rencontres que nous étions à notre affaire » souligne l’entraîneur stellien. Toutefois, le forfait de la première journée contre Brühl et la claque reçue face au favori à la promotion Yverdon (6-0) ont contribué à faire glisser Étoile Carouge à onze longueurs du sommet.

Conscient que les Nord-vaudois seront difficiles à détrôner, Morelli reste prêt à profiter des éventuels faux-pas de l’équipe entraînée par Jean-Michel Aeby : « On n’a pas notre destin entre les mains et on ne peut rien prétendre. Yverdon a montré son avance sur nous lorsque l’on s’est affrontés et, s’ils font le boulot, ils seront champions. De notre côté, on doit avoir l’humilité de jouer chaque match pour le gagner et après, qui sait ». Pour tenter l’exploit, Etoile Carouge n’est cependant pas encore à 100% de ses capacités : « Nous avions trouvé le bon rythme de croisière avant la deuxième vague et aujourd’hui ce n’est plus le cas. Avec cette préparation particulière, beaucoup de joueurs marquent le coup par une condition physique précaire ou par des blessures. » Parmi les joueurs s’étant infortunés lors de la préparation, on retrouve Vitkieviez, Mettler, Vieira, Delley ou encore Kasai.

Loris Mettler pourrait être un atout important pour Carouge une fois remis en jambes.

« C’est un travail de 18 mois qui doit nous mener à quelque chose »

Mais à défaut de comment la saison en cours se conclura, pour autant qu’elle le puisse, c’est un projet à long-terme que le club stellien et Morelli ont en tête : « C’est un travail de 18 mois qui doit nous mener à quelque chose. Il faut construire dans la durée pour si possible finir par monter d’une ligue » explique l’entraîneur stellien. Les principaux chantiers, Claudio Morelli les a déjà repérés, et ils semblent être plus psychologiques qu’autre chose : « Il faut que nous prenions conscience de nos forces. Nous devons réaliser que nous n’avons à rougir devant personne. Cette sérénité sera très importante à l’avenir ».

En quelques mois de travail sur le terrain, l’ancien entraîneur de Vernier et Bernex a par ailleurs déjà aperçu des progrès plus ou moins significatifs : « On s’est amélioré dans notre gestion du jeu et dans nos lectures, qu’elles soient offensives ou défensives. Défensivement aussi, notre compacité nous permet d’avoir une certaine assise ». Et pour donner un coup de pouce supplémentaire à l’effectif, le club a enregistré des arrivées de prestige dernièrement : « Le retour de Correia nous fait plaisir et nous n’avions pas non plus un profil comme celui de Yann Kasai en attaque. Ces renforts montrent aussi la volonté du club de remplir ses objectifs à long terme » souligne très justement Morelli.


 

Si l’on regarde le revers de la médaille par contre, ces arrivées de renom, additionnées aux nombreux anciens pros déjà présents dans l’effectif, pourraient barrer la route à des jeunes du club. Il y a sans doute des talents à aller chercher dans la deuxième équipe et chez les Juniors A inter, tous deux en haut du classement de leurs championnats respectifs. Morelli se montre toutefois rassurant à ce propos : « Cinq jeunes se sont préparés avec nous pour cette reprise. Pour autant que cela soit possible, on a l’intention de les intégrer avec nous. Carouge a toujours sorti des joueurs importants de son vivier et il ne faut pas oublier non plus que certains ont besoin de plus de temps que d’autres pour apprendre, afin qu’on puisse compter sur eux dans un second temps ».

Pour finaliser son discours et  lancer au mieux ce nouveau départ, l’entraîneur d’Étoile Carouge a tenu à féliciter toutes les personnes faisant partie de cette aventure : « Je ne peux que les féliciter. Je sais à quel point c’est difficile de se remettre dedans dans ces conditions, surtout que certains joueurs ici aimeraient jouer plus haut. Aujourd’hui, nous avons la chance après ces moments difficiles d’avoir un groupe qui vit bien et qui est prêt à travailler pour décrocher de belles choses ensemble ».

Le périple reprendra fort pour les Carougeois qui joueront trois fois en une semaine : à Bâle pour affronter les Black Stars puis deux fois à la Fontenette face à Sion II et Köniz.

 

Share.