Robin Busset, fin (du) prêt

0

Le latéral genevois arrive au bout d’un long prêt à Kriens… et de son contrat avec Servette. Il affronte justement son club formateur en quart de finale de Coupe de Suisse ce mercredi. Entretien.

Parmi les jeunes de l’académie servettienne nés à partir de l’an 2000, Robin Busset fait partie de ceux dont on entend parler depuis longtemps. Formé également à Chênois et Carouge, il a été l’un des premiers de sa génération à faire ses débuts en pro : c’était il y a plus de trois ans, à Wohlen. Mais plus de 1000 jours plus tard, des blessures à répétition et toujours pas la moindre minute de Super League disputée, difficile d’affirmer que tout s’est passé comme espéré. Le Genevois de 21 ans s’est livré à Proxifoot avant un match de Coupe de Suisse tout aussi symbolique que plein d’enjeu pour celui qui se retrouvera dans l’inconnu en juin.

“Je n’ai jamais pu être à 100%”

Faisons marche-arrière et revenons à ce 24 mars 2018 au Stadion Niedermatten. Après ce baptême de feu, le jeune Busset termine la saison avec de généreuses tranches de rencontre, laissant présager de belles choses pour la saison à venir, celle du retour en Super League pour les Grenat. Malheureusement, tout se gâte brusquement au niveau personnel : après deux titularisations et trois entrées en jeu, le latéral gauche se blesse. Des pépins physiques qui deviendront une constante des saisons futures, comme le détaille amèrement le principal concerné : “J’ai été énormément ralenti dans ma progression. Chaque fois que je revenais en forme, j’avais ma cheville qui recommençait à faire mal et je devais pratiquement recommencer une préparation à part. Je n’ai jamais vraiment pu être à 100%”.

Cette maudite cheville oblige Busset à passer sur la table d’opération, le jour suivant la montée avec le SFC, après une saison quasi-blanche pour lui. Le jeune défenseur vit donc le retour dans l’élite de Servette dans un premier temps en convalescence, puis avec les M-21. À l’hiver 2020, une jolie occasion s’offre cependant à lui avec un prêt de six mois à Kriens. Le Genevois saisit sa chance comme il se doit, tant que son état de santé le lui permet : “Je suis arrivé ici et j’étais directement titulaire. Je pouvais enchaîner, je me sentais bien et j’avais la confiance du coach, donc on a prolongé pour six mois” . Une dynamique stoppée net par une énième blessure avant la fin de saison, le poussant à prolonger son séjour dans le canton de Lucerne plutôt que de revenir à Genève blessé.

Malgré des débuts prometteurs, Busset n’a pas vu tant que ça les terrains avec Kriens.

Revenir au top à tout prix

Le constat est malheureusement quasi-identique pour la saison en cours, que Robin a traversé plus souvent loin des terrains que sur le rectangle vert. Une situation qui peut être démoralisante pour un joueur si jeune, surtout quand elle s’étale sur le long terme : “C’est sûr que, même si ça forge aussi le mental, c’est dur de te dire que tu n’arrives pas à enchaîner et que tu dois rester à l’arrêt si souvent”. Heureusement, le plus dur semble enfin être passé pour le gaucher de 21 ans, de retour depuis peu : “Je commence à retrouver des sensations et j’espère finir correctement le championnat en jouant le plus de minutes possibles”, déclare-t-il, confiant.

Mais avant de finir un championnat à enjeu avec Kriens, qui est dans la course au maintien en Challenge League, un rendez-vous spécial l’attend ce mercredi. Ce n’est pas moins qu’un quart de finale de Coupe de Suisse contre Servette qui attend Kriens et l’enfant du club Busset : “Ce sera un immense plaisir d’affronter le club qui m’a formé et par qui je suis prêté. Je connais encore quasiment tout le monde là-bas et j’espère être sur le terrain. Il faudra ceci dit que je me concentre sur mon match car même si nous affrontons une équipe de Super League, il faut toujours se méfier en Coupe. De plus, ce n’est jamais simple de venir jouer sur notre synthétique”. Les Grenat sont prévenus.

Un maillot grenat, convoité par tant de jeunes du canton, que Busset n’est en fin de compte même pas sûr de pouvoir endosser à nouveau dans les années à venir. En fin de contrat, le latéral terminera la saison en prêt à Kriens, puis sera libre : “Je suis totalement dans l’inconnu et on verra ce que me réserve l’avenir cet été. Tout ce dont je suis sûr c’est que c’est uniquement en jouant et en étant performant que des portes s’ouvriront”. Les saisons saccadées dont sort le Genevois ne lui ont donc certainement pas enlevé sa faim et sa détermination, et c’est justement sur un message plein d’espoir que le joueur originaire de Thônex a souhaité conclure : “Je fais le maximum pour renforcer ma cheville et j’espère un jour faire une saison pleine. Je veux travailler pour atteindre mon meilleur niveau et je sais que j’y arriverai, Ce qui est sûr, c’est que je ne vais jamais lâcher”.

Busset sous le maillot grenat lors d’un amical contre Nice il y a quelques étés (Photo : IV Shoot)

Photo de couverture : SC Kriens

 





Share.