Meyrin et Chênois maîtrisent CS Italien et Carouge

0

Juniors League A – Retour sur les deux derbys genevois du week-end avec également les photos et les réactions des entraîneurs.

Comme pour tous les championnats Juniors, la Junior League A n’est plus à l’arrêt. Plus précisément, c’est depuis le 21 mars que celui-ci a redémarré, et c’est le 20 juin qu’il se conclura. Depuis la reprise, les cinq équipes genevoises portent d’ailleurs honorablement les couleurs de leur région, puisqu’elles figurent toutes dans le Top 6. Justement, ce week-end nous offrait deux belles affiches 100% genevoises. Le CS italien, troisième, se déplaçait aux Arbères chez le leader Meyrin, tandis que Carouge, deuxième, recevait Chênois. Récit d’un week-end riche en buts et généreux en surprises.

L’ogre Meyrin sanctionne à la moindre erreur

On aurait rêvé de meilleures conditions pour lancer cette dix-septième journée du groupe 7 du championnat de Junior League A Sous une pluie battante, le leader meyrinois, qui sortait de sa première défaite depuis la reprise face à Espagnol Lausanne en semaine (1-0), espérait se refaire face à un CS Italien troisième et vantant la meilleure attaque du championnat. Le travail a été accompli avec brio pour les locaux (4-0). Un résultat sévère et une victoire méritée qui aurait pu être moins retentissante sans certains épisodes malchanceux et un trou d’air de l’équipe de Christophe Valley.

En effet, alors que la rencontre avait démarré avec un rythme très soutenu et des opportunités des deux côtés, deux cartons jaunes presque coup sur coup obligent CS Italien à rester à neuf contre onze pendant presque dix minutes. Hugo Jourdan n’en a même pas besoin de deux pour inscrire le premier but de la soirée (28′, 1-0). Et si les visiteurs continuent d’attaquer, rendant la rencontre équilibrée et plaisante, dix minutes de flottement au retour des vestiaire leur seront fatales. L’ancien joueur de l’académie servettienne Joao Tomas Dos Santos inscrit deux buts à la suite, dont un joli coup franc, et offre les trois points à son équipe en scellant le sort de la rencontre avant même l’heure de jeu. Son coéquipier Jourdan l’imitera en enregistrant lui aussi un doublé à un quart d’heure du terme (74′, 4-0).

Un succès sous le signe de deux “renforts” donc, puisque Joao Tomas Dos Santos était un des fers de lance de Meyrin II en 2ème ligue avant la trêve (cinq buts), et Hugo Jourdan un titulaire affirmé du onze de Jean-Philippe Lebeau en 1ère Ligue (2 buts).

Hugo Jourdan, à gauche, a inscrit un doublé.

“On cherche vraiment à reproduire ce que l’on fait en semaine”

Au sortir de cette première défaite après cinq victoires, l’entraîneur du CS Italien Christophe Valley analysait ainsi la prestation des siens : “On est bien partis mais on n’a pas pas amené assez de poids offensif lorsqu’on était bien. On peut aussi avoir quelques regrets sur le plan des duels en première mi-temps. Sur l’ensemble du match par contre, on n’était pas armé physiquement. Meyrin était meilleur aujourd’hui”. Pour ce qui est de la dynamique depuis la reprise et des objectifs pour la fin de championnat, Christophe Valley répondait ainsi : “On a un groupe assez mixte, avec l’apport de quatre, cinq joueurs de la Une mais aussi six 2004. L’objectif premier était de se sauver. À présent, nous donnerons le plus possible la chance à des 2003 et 2004”.

En face, le gagnant du jour Tamer Yildizkaya saluait la justesse des siens : “On a réussi à ne pas trop être en danger derrière et à être efficaces offensivement. Nous avons su rebondir face à une belle équipe après notre contre-performance de mercredi”.  Premier avec quatre points d’avance à cinq journées du terme, Meyrin ne doit pas se cacher et viser le titre. Tamer Yildizkaya tente de donner une raison à cette efficacité meyrinoise et lance le sprint final : “Je pensais que la reprise allait être plus compliqué, mais les joueurs étaient affûtés après avoir suivi les programmes individuels. Au-delà de ça, ils avaient surtout une très grande envie de rejouer et une attitude exemplaire. Maintenant, si on veut terminer premiers, il faut qu’on continue de reproduire ce qu’on fait aux entraînements. Si nous y parvenons avec la même envie et motivation affichée jusque-là, les résultats devraient être en notre faveur”.

Dimanche prochain, les Jaune et Noir tenteront de défendre leur trône contre le Team Valais, tandis que le CS Italien a devant lui deux nouveaux derbys. L’équipe de Christophe Valley recevra Lancy dimanche avant de se déplacer au Trois-Chêne le mercredi 26 mai pour une rencontre à rattraper.

Chênois déstabilise un Carouge insipide

Le jour suivant Meyrin-CS Italien, Étoile Carouge avait la mission de revenir à un point des pensionnaires des Arbères. Une mission loin d’être aisée considérant le fait que Chênois sortait d’un retentissant 4-2 face à Lancy en semaine et que les Stelliens avaient dû attendre la fin de match pour s’imposer aux Trois-Chêne en octobre (0-1). Et c’est d’ailleurs sans scrupules que la troupe de Carlos Alonso et Romain Chamberlin en a collé cinq à la meilleure défense du championnat, qui venait pourtant d’enchaîner cinq succès sans encaisser le moindre but ! Un résultat surprenant qui est le fruit d’un peu trop de légèreté du côté des locaux mais surtout d’une force de frappe chênoise remarquable.

Et si l’on parle de force de frappe du côté de Chênois, cela nous amène naturellement à évoquer le trio d’attaque infernal aligné : Lucas Alonso, Hajdar Munishi et Isaac Jr Pagnoux. À eux seuls, ils ont inscrit les cinq réussites de leurs couleurs. En première période, le capitaine Alonso a été indiscutablement le protagoniste avec un but d’entrée de trente mètres, une passe décisive pour Munishi et un corner rentrant (45′). Le but de Bryan Vitali côté stellien pour réduire le retard carougeois à une seule unité (42′) n’aura pas tenu plus de deux minutes. En seconde mi-temps, le numéro 7 du CS Chênois a de nouveau servi Munishi pour son doublé tandis que Jr Pagnoux a inscrit son premier but de la saison au terme d’un joli solo. Un peu comme lors du derby du jour précédent, là aussi le sort de la rencontre était scellé au retour des vestiaires. Une défaite retentissante que Carouge n’avait pas moyen d’éviter, si ce n’est en étant davantage réaliste lors de la vingtaine de minutes suivant l’ouverture du score chênoise, là où ils avaient été le plus menaçants.

Deux buts et deux passes décisives pour le capitaine Luca Alonso, qui porte son total à seize réussites.

“On veut faire passer des paliers aux jeunes”

Après cette prestigieuse victoire des siens, l’entraîneur Romain Chamberlin, adjoint de Carlos Alonso, relevait deux tendances dans la prestation de son groupe : “On n’était pas très satisfait de la première mi-temps, car on menait 3-1 en ayant tout de même beaucoup concédé. Par contre, en deuxième mi-temps c’était bien mieux, on a pris le dessus dans le jeu et physiquement”. Chênois aura quoi que l’on dise impressionné ce dimanche, en semblant pratiquement pendant 90 minutes le favori, alors que ce statut revenait aux Carougeois sur le papier. Une capacité à prendre le contrôle du match qui a ses raisons selon Romain Chamberlin : “Le groupe joue tout le temps à fond, à commencer par les petits jeu à l’entraînement. Tout le monde veut gagner et ça se ressent le week-end. On est satisfait de ce qu’on propose le week-end et de ce qu’on voit en semaine. Il reste cinq rencontres et on n’en donnera aucune”.

Dans l’autre camp, l’entraîneur des A Inter carougeois Daniele Gianoli expliquait ainsi la déroute des siens, après cinq rencontres sans encaisser : Les cinq premiers matchs ce n’était pas Chênois en face, qui a été très réaliste. Nous avons été un peu naïfs sur certains buts, mais dans le jeu on n’était pas inférieurs en première période, avant que cela s’inverse en deuxième mi-temps où on n’a plus proposé grand chose. Il y avait aussi peut-être eu un peu de stress chez certains, à l’idée de jouer les équipes de haut de classement”. La première place reste donc à quatre unités pour les Stelliens, qui manquent une belle occasion. Mais la priorité n’est pas là, comme l’explique Daniele Gianoli : “C’est vrai qu’on n’est pas loin des premières places, tout en conservant la philosophie du club qui est de faire passer des paliers aux jeunes. Aujourd’hui, il y avait sur le terrain un 2002, quelques 2003 et une majorité de 2004. Nous voulons montrer que nous n’avons rien à envier à personne au niveau du football malgré notre jeunesse et que nous sommes capable de remporter la plupart des rencontres”.

Carouge se déplacera dimanche sur le terrain de l’Espagnol Lausanne pour rester au contact de la première place, avant le choc du 6 juin face au leader Meyrin. De son côté Chênois enchaînera la réception de Martigny dimanche avec celle de CS Italien mercredi, pour rattraper un match en retard. Deux succès installeraient la troupe d’Alonso et de Chamberlin sur le podium.

MEYRIN FC – CS ITALIEN 4-0 (1-0)
Stade des Arbères, terrain principal

Buts : 28′ Jourdan 1-0, 50′ Dos Santos 2-0, 53′ Dos Santos 3-0, 74′ Jourdan 4-0.

Meyrin (4-3-3) : Zahi – De Figueiredo, Sarr, Benitez, Rosende – Assuncao (c), K. Ziouani, Mirra – Jourdan, Azemi, Dos Santos.
Remplaçants utilisés : Prelado, Navalho, Deva, Antunes, Jitsu
Entraîneur : Tamer Yildizkaya

CS Italien (4-3-3) : Curia – Da Costa, Afua, Haroun, Kenkou – Boillat, Chanut, Lopes (51′ Negash) – Mikael, Salgado (c), Biduaya.
Remplaçants utilisés : Negash, Garcia, Sebastiao, Ramushi
Entraîneur : Christophe Valley

Avertissements : Ziouani, Sarr (Meyrin) ; Haroun, Biduaya (CS Italien).

ÉTOILE CAROUGE FC – CS CHÊNOIS 1-5 (1-3)

Stade de la Fontenette, terrain synthétique

Buts : 4′ Alonso 0-1, 29′ Munishi 0-2, 42′ Vitali 1-2, 45′ Alonso 1-3, 50′ Jr Pagnoux 1-4, 69′ Munishi 1-5.

Carouge (4-4-2) : Kappeler – Rodrigues, Williner, Hofmänner (c), Cremasco – Vitali, Estrada, Aranicki, Fallet – Gomes, Vilares.
Remplaçants utilisés : Peniza, Munoz, Da Costa,
Entraîneur : Daniele Gianoli

Chênois (4-3-3) : Taleb – Lambert, Gruber, Tamba, G. Passi – Silva, Gonzalez, Ntongo – Munishi, L. Alonso (c), Jr Pagnoux.
Remplaçants utilisés : Lopes, Biku, Da Cruz, Servage.
Entraîneurs : Romain Chamberlin et Carlos Alonso

Avertissements : aucun

Share.