Liniger : « Ce genre de situation ne revient pas chaque année  »

0

Entraîneur de la première équipe collesienne de 1993 à 2017, Pierre-Yves Liniger lance la rencontre décisive de samedi contre Monthey.

« Ce n’est pas sûr que je sois là. Cette saison, je ne suis pratiquement jamais venu, j’ai suivi l’équipe de loin. Si je viens et qu’on perd, on dira que c’est de ma faute (rires) ». C’est avec humour que Liniger a commencé par évoquer le choc de samedi face à Monthey. Malgré son absence au bord du terrain, l’ancien mentor collesien continue de suivre son club de cœur et est ravi des retours qu’il reçoit : « Il paraît que l’ambiance de cette année est encore plus complice que d’habitude. C’est super et c’est ce qu’on a toujours essayé de faire à Collex. Les clubs amateurs tiennent à peu de choses et la politique que le club tient depuis des années lui permet d’être régulier. Les résultats sont là et les changements dans l’effectif sont rares, c’est une preuve que le club est sain ».

Une perpétuation des traditions et une philosophie de club inchangée notamment grâce aux personnes qui le gèrent, à commencer par le président et ex-joueur de la première équipe Mehdi Derouazi. Pierre-Yves Liniger ne manque pas de le louer lui, ainsi que son successeur sur le banc collésien, Yves Miévillle : « C’est grâce à des personnes comme ça qu’on peut perpétuer nos principes dans le temps ». 

Une situation similaire il y a six ans

Venons-en à la confrontation directe de samedi face au leader Monthey. Après tout le chemin déjà parcouru par les Chevaliers, seule équipe encore invaincue dans le groupe 1 de 2ème ligue inter, Liniger n’a pas de doute sur la manière dont il faut aborder ce genre de rencontre : « Il faut surtout n’avoir aucun regret, car ce genre de situation ne revient pas chaque année. L’état d’esprit doit être irréprochable et il faut se dire qu’il n’y a rien à perdre ».

En 24 ans comme entraîneur de Collex-Bossy, Pierre-Yves Liniger s’est déjà retrouvé dans des phases si chaudes et si décisives du championnat. Il y a six ans, les siens échouèrent de peu dans une situation similaire : « Nous étions seuls en tête à trois journées de la fin. À la fin, nous n’avions pas réussi à monter, mais je me souviens d’une pression malgré tout tellement agréable ». Espérons que cette fois-ci, les Collesiens n’échouent pas au plus beau des moments.

Bien que dauphin des Valaisans, Collex a remporté les deux dernières confrontations directes au stade Marc Burdet : 4-1 en 2019 et 3-2 en 2018. Les Montheysans ont un bilan de cinq déplacements pour autant de victoires cette saison, mais ont montré qu’ils n’étaient pas invincibles en perdant 4-2 à domicile contre CS Italien en septembre. Les Genevois peuvent y croire. Liniger est quant à lui persuadé que « l’état d’esprit de Collex pourrait faire la différence ». Rendez-vous demain.

Liniger, quand il a fêté ses 500 matchs en 2015

Share.