Vernier frappe un sacré coup dans la course à la 2ème ligue

0

Au terme d’une rencontre embrasée, les Verniolans sont venus à bout d’une équipe de CS italien renforcée (3-2). La promotion tend les bras à Vernier.

Les matchs du week-end à ne pas manquer étaient nombreux et l’alléchant Vernier-CS Italien II de dimanche matin était de ceux figurant en haut de la liste. Un duel de haut niveau entre deux équipes qui affichent, depuis le début de la saison, un niveau bien supérieur à celui moyen en 3ème ligue. Dans le groupe 2, un combat à trois avec Étoile Carouge II est d’ailleurs engagé depuis des semaines. Cette confrontation directe à deux journées de la fin allait donc avoir un impact énorme sur la course à la deuxième ligue. Et c’est Vernier qui a fait la différence. L’équipe d’Alfredo Foschini est sûre d’être promue si elle gagne ses deux matchs restants contre Choulex (mardi) et UGS II (dimanche).

“Nous n’étions pas à notre niveau d’habitude en première mi-temps”

Il ne fallait pas en douter, mais cela valait la peine de se lever pour venir au stade de Vernier dimanche matin. Globalement, la rencontre est folle, avec des occasions quasi non-stop pendant des longues séquences de la rencontre. L’intensité et la combativité sont elles aussi naturellement de la partie, tandis que les déchets sont raisonnables : l’idéal pour passer une belle matinée.

Mais ce n’est pas approprié de parler de belle matinée pour CS italien II, qui encaisse le premier but sur coup de pied arrêté après trois minutes à peine. Rittiner brosse bien son ballon et Marvin Dos Santos surgit de la tête (3′, 1-0). La situation aurait même pu dégringoler quelques instants plus tard, lorsque l’habituel capitaine de la première équipe de CS Ange Makabi commet une faute de dernier recours sur un attaquant verniolan. Il est, heureusement pour les siens, épargné de carton rouge.

Un carton rouge évité, mais un nouveau but encaissé avant même la moitié de la première période. Lancé en profondeur, Johan Njapoum ne pardonne pas, inscrivant ainsi son neuvième but de l’exercice (20′, 2-0). Un double désavantage auquel on ne s’attendait pas de la part d’une équipe de CS italien montée en puissance dernièrement, qui était en plus de cela renforcée par plusieurs joueurs de sa première équipe pour l’occasion. Leur entraîneur Ricardo Filipe Da Silva était d’ailleurs le premier à regretter cette perméabilité d’entrée : “Nous n’étions pas à notre niveau habituel en première période. On a changé de stratégie en cours de match et on a su montrer notre vrai visage après la pause”. Avant cette fameuse seconde mi-temps néanmoins, CS italien sait se montrer dangereux. Malheureusement pour le club de la Bâtie, Soares manque l’occasion de réduire l’écart sur penalty juste avant la pause, quelques instants après que Bakalovic ait incroyablement manqué une balle de 3-0 (43′).

À l’image de ce tacle de Sebastian Paz, Vernier a fait preuve d’un grand engagement d’entrée.

Scénario à couper le souffle

Si l’entraîneur de CS italien se montrait déçu de la première mi-temps des siens, il en était de même pour Alfredo Foschini, entraîneur de Vernier, concernant le retour des vestiaires de ses protégés : “J’avais dit à mes joueurs de faire attention aux dix premières minutes après le retours des vestiaires. Malheureusement c’est là que ça a coincé avec des pertes de balle qui nous ont coûté cher”. En effet, une inattention défensive permet à Ilion Ssebunya de remettre les siens dans la course (48′, 1-2). De quoi redonner confiance aux visiteurs qui, comme l’admet Alfredo Foschini, vont mettre souvent à mal les locaux en deuxième mi-temps : “CS a imposé un rythme relativement supérieur au nôtre. On a fait comme on a pu. Ce qui est positif ,aussi c’est qu’on a su se créer beaucoup d’occasions”.

L’entraîneur verniolan n’a pas tord. Au-delà du fait que, comme déjà précisé, la cadence de la rencontre fait que les occasions sont très fréquentes, Vernier a plusieurs balles de but en or. Une de celles-ci est pour Sthioul, qui manque le dernier geste (67′). Un manque de concrétisation qui permet à CS Italien de rester dans son match et de continuer à être dangereux. Le but de l’égalisation arrive d’ailleurs cinq minutes plus tard. Une erreur de relance provoquée par un pressing appuyé des hommes de Ricardo Filipe Da Silva permet à Henrique Soares de conclure dans le but vide (72′, 2-2).

Vernier peut regretter son manque de réalisme, qui continuera d’être prouvé dans les minutes suivantes lorsque, avec un CS à la recherche du but vainqueur, l’équipe de Foschini profite d’espaces pour se créer d’ultérieures grosses occasions. Ce n’est que dans le temps additionnel que les Verniolans vont trouver la faille par l’intermédiaire du jeune Figueiredo (93′, 3-2). Un but qui vient briser les espoirs d’un CS très offensif en deuxième mi-temps et qui est d’une importance inimaginable pour Vernier.

ici au pressing sur Izzane, Figueiredo a inscrit le but de la victoire verniolane.

“Ce n’est qu’une étape”

Ce succès in extremis de Vernier, au bout d’une rencontre extrêmement plaisante de par sa qualité mais aussi son scénario et son enjeu, vaut de l’or. Vernier a toujours son destin entre les mains, ce qui n’aurait pas été le cas en cas de match nul. Difficile donc de faire plus heureux et soulagé que l’entraîneur Alfredo Foschini après une telle bataille : “Je suis très content, les garçons le méritent. C’était un beau match de football aujourd’hui, qui s’est bien terminé, bien qu’on ait tremblé. Cette victoire n’est malgré tout qu’une étape. On fera tout pour gagner les deux matchs restants”. Si battre la lanterne rouge Choulex devrait être une formalité, UGS II pourrait être un adversaire coriace dans une semaine.

Du côté de CS italien, la promotion semble s’être définitivement envolée. À moins que Carouge II ou Vernier ne fassent de faux-pas, la deuxième place ne sera plus atteignable. Un petit échec sur la fin qui ne doit pas effacer tout le positif proposé cette saison par cette jeune équipe. Ricardo Filipe Da Silva est d’ailleurs le premier à voir un joli potentiel dans cette deuxième équipe de CS italien, et est convaincu que les siens auront les épaules pour se placer parmi les favoris l’année prochaine : “Nous y travaillons depuis deux ans et c’est une très bonne chose de jouer les premières places. Cette année, la promotion a peut-être été un objectif caché pendant un moment, mais pourquoi pas l’assumer la saison prochaine”. La dernière danse de la saison pour CS italien sera dimanche après-midi contre Famalicāo.

Le jeune Ssebunya, pressé ici par Bakalovic, a redonné espoir à CS italien avec son but. En vain.

FC VERNIER – CS ITALIEN GE II 3-2 (2-0)
Stade de Vernier, terrain synthétique

Buts : 3′ M. Dos Santos 1-0, 20′ Njapoum 2-0, 48′ Ssebunya 2-1, 71′ Soares 2-2, 93′ Figueiredo 3-2.

Vernier (4-3-3) : Ferracini – Pessotto (82′ Treleani), Torel (c), M. Dos Santos, Martins Moreira – Sthioul, Rittiner (72′ Vitorino), Paz (64′ Sojevic, 90′ Rittiner) – Bakalovic, Njapoum (58′ Figueiredo), Komol.
Entraîneur . Alfredo Foschini

CS Italien (4-3-3) : Curia – Haroun, Cocina (62′ J. Mazamay), Makabi (c) (83′ Del Monte), Y. Mazamay (46′ Bernardo) – Carvalho (76′ J. Chobaz), Canton (84′ Mbimbo), Boillat – Soares, Batista (46′ Simoes), Ssebunya.
Entraîneur : Ricardo Filipe Da Silva

Avertissements : Bakalovic, Torel (Vernier) ; Makabi (CS Italien)

Share.