Alban Ajdini, une confiance retrouvée au Stade-Lausanne-Ouchy

0

Formé au Servette FC, Alban Ajdini s’éclate aujourd’hui sous les couleurs du Stade-Lausanne-Ouchy. Une belle revanche pour celui qui n’avait pas été conservé par le club grenat. 

Alban Ajdini réalise un joli début de saison avec le Stade-Lausanne-Ouchy. Le Genevois de 22 ans est un joueur important de l’actuel troisième de Challenge League. Dimanche dernier, il a même été crucial face à Wil, délivrant une passe décisive dans le temps additionnel, pour la victoire des siens. Un début d’exercice réussi pour celui pour qui tout ne s’est pas passé comme prévu avec son club formateur, le Servette FC.

— FC Stade Lausanne Ouchy (@FC_SLO) October 3, 2021

Une évolution linéaire

Tout avait pourtant bien commencé avec le maillot de Servette sur les épaules. Formé au club, le jeune homme se distingue dans les catégories de jeunes, notamment chez les M18 et chez les M21. L’attaquant gravit les échelons petit à petit et s’ouvre les portes de l’équipe première : « À 18 ans, lors de ma première année en M21, je faisais déjà les entraînements avec la première équipe ». À cette époque, l’entraîneur du Servette FC se nomme Meho Kodro, aujourd’hui sur le banc du SLO. Loin d’être un hasard.

En 2019-2020, Alban Ajdini dispute même ses quatre premiers matchs avec son club formateur. Une trajectoire linéaire, on se dit alors que son histoire avec son club de coeur est bien lancée. Il signe d’ailleurs, en juin 2020, un premier contrat pro courant jusqu’en 2022. Sauf que, la saison suivante, le natif du canton de Genève ne joue que neuf petites minutes jusqu’à la trêve hivernale. Trop peu pour un jeune qui a besoin de temps de jeu. Direction le canton de Vaud et le Stade-Lausanne-Ouchy, pour un prêt de six mois. Là-bas, bien entouré de collègues genevois, Ajdini s’éclate enfin et trouve sa place en Challenge League. Bilan des quelques mois sur les rives du Léman : 14 matchs pour 4 buts et une passe décisive. Une expérience réussie en Challenge League et un retour à la maison pour espérer s’y imposer. Mais rien n’est jamais simple dans le monde du ballon rond.

Pas conservé par le Servette FC

« Avec les bonnes prestations que j’avais pu faire avec le Stade-Lausanne-Ouchy, avec les minutes que j’avais pu avoir, je pensais que j’allais être conservé », confie-t-il. Mais la réalité est tout autre. Le jeune homme veut jouer et obtenir des minutes à tout prix, mais ne semble par entrer dans les plans de ses dirigeants de l’époque : « Servette ne m’a pas vraiment donné ce que j’attendais. Ça a aussi causé mon départ ». Un départ forcé et une déception pour ce garçon né à Genève : « J’aurais aimé m’imposer à Servette ». Lucide, l’attaquant reconnaît aussi la concurrence à son poste et se dit très content d’avoir fait le choix de partir.

Le constat du joueur sur sa période servettienne est limpide : « J’ai débuté avec Servette, mais je ne pense pas vraiment avoir eu ma chance. Je n’ai joué que cinq matchs au final ». 124 minutes en 5 matchs, soit le temps laissé par Alain Geiger à Alban Ajdini pour faire ses preuves et convaincre. Trop peu, d’après le joueur : « Je n’ai pas pu exprimer tout mon potentiel ».

Alban Ajdini sous les couleurs du Servette FC, son club formateur. (Source : servettefc.ch)

Alors, Alban Ajdini a-t-il eu sa chance dans son club formateur ? La question mérite d’être posée. « Pour les jeunes, c’est compliqué au Servette FC », lance-t-il. La politique sportive du club ne semble pas aller dans leur sens et le mercato 2021 le montre bien. Laisser partir Alban Ajdini, jeune formé au club, pour recruter dans la même zone, on comprend que cela puisse initier un débat. Le désormais ex-servettien Alban Ajdini aurait aimé trouver une place au sein de l’équipe : « Je pense que j’aurais au moins pu être sur le banc. J’aurais pu faire des apparitions et aider l’équipe à être performante ». Une récente étude du CIES, basé à Neuchâtel, tend à confirmer cette tendance : Servette est l’équipe de Super League qui donne le moins de minutes à ses joueurs de moins de 21 ans. Si Alexis Antunes et Kastriot Imeri viennent tout deux d’avoir 21 ans et n’entrent pas dans les statistiques, cela reste trop peu pour un club à réputation formateur. 

Un problème institutionnel donc, mais aussi structurel. L’actuel joueur du SLO a vécu ce problème et l’explique très bien : « Des M21 à la première équipe, il y a une grosse différence. Les M21 évoluent en deuxième ligue interrégionale ». Un fossé qui peut expliquer une partie de l’équation. Malgré tout, Alban Ajdini reste reconnaissant envers son club formateur, qu’il remercie pour toutes ces belles années passées au club. Un club qui a eu le mérite de lancer sa carrière, qui décolle en cette saison 2021-22.

L’équipe nationale du Kosovo dans le viseur

Une confiance que Alban Ajdini retrouve au Stade-Lausanne-Ouchy. « J’ai plus de confiance et plus de responsabilité dans l’équipe ». Une confiance en soi, aussi, retrouvée sous les couleurs stadistes. L’actuel numéro 17 du SLO n’en demandait pas plus pour pouvoir, enfin, exprimer pleinement son potentiel : « C’est clairement une réussite pour moi de pouvoir montrer mon talent et de pouvoir réussir au niveau professionnel ». 

Pour autant, Alban Ajdini reste humble et assure vouloir être performant pour son équipe du SLO. Dans le même temps, le jeune attaquant se fixe également de nouveau objectif et souhaite, un jour, retrouver la Super League. Le joueur d’origine kosovare rêve aussi de sélection : « Si un jour le sélectionneur m’appelle, je dirai clairement oui ». L’international espoir du Kosovo est en contact régulier avec Bernard Challandes, sélectionneur suisse du Kosovo : « Il vient souvent voir les matchs du SLO parce qu’il y a plusieurs joueurs kosovares dans notre équipe ». À quand une première cape sous le maillot bleu et doré ?

Alban Ajdini décisif face à Wil, dimanche dernier. (Source : fcslo.ch)

Photo de couverture : FC SLO (fcslo.ch)

Share.