Le Stade du Moulin vandalisé par de violents tags

0

Dans la nuit de samedi à dimanche, le FC Donzelle a été victime de tags haineux à l’extérieur de ses locaux flambant neufs en marge d’un match amical face à Satigny. Les deux clubs condamnent ces actes.

1242, bande de ****“, “Fuck Donzelle” ou encore “RDV le 24 ultras Donzelle #Derby“, voici ce qu’ont retrouvé des juniors donzellois dimanche matin en se rendant à l’entraînement. Ces mots sont inscrits sur les murs du nouveau complexe en bois du Stade du Moulin, ainsi que sur le mur d’une maison proche du stade. “Stupéfaction et incompréhension“, tels sont les mots utilisés par le président du FC Donzelle Pierre-Yves Zumbach à la découverte des injures. Le contexte ? Un amical était prévu ce jeudi entre Donzelle et Satigny, “le premier derby depuis trois ans, il me semble, explique le président donzellois. La relation entre nos deux clubs est excellente, c’est là où la stupéfaction joue son rôle. De plus, la rencontre à venir n’avait aucun enjeu. Sincèrement, je ne comprends pas la nature de cet acte. C’est une bande d’énergumènes qui n’a vraiment rien compris. A part le fait qu’il y ait un match amical entre les deux équipes, je ne vois rien. Comment on peut en arriver là alors que pendant trois ans il n’y a rien eu de fort ou émotionnel ?”.

Match amical annulé

Les deux présidents ont logiquement décidé d’annuler le match amical prévu jeudi soir entre les deux clubs. “Cela m’ennuie bien évidemment, admet le président satignote Stephan Estupina. Je me réjouissais de ce derby qui allait être le premier pour notre coach Mikael Palma et qui allait amener beaucoup de monde au stade. Cette rencontre, bien qu’amicale, allait être une belle fête. Néanmoins, nous ne pouvons tolérer de tels actes et nous n’avons pas hésité une seule seconde avec Pierre-Yves Zumbach à annuler le match. C’est hors de question que nous jouions dans ces conditions”.

Le derby du Mandement entre Satigny et Donzelle.

Le maire de Dardagny à qui appartiennent les locaux a décidé de porter plainte, et Donzelle n’a pas tardé non plus à réagir. “Nous avons pris les choses en main directement via les différents groupes WhatsApp et par téléphone, développe Pierre-Yves Zumbach. Toutes les équipes du club ont été informées et nous avons tout de suite insisté sur le fait que nous ne voulions pas d’escalade sur les réseaux sociaux. La mairie et la police s’occupent de tout, nous ne voulions aucune réplique d’un membre du club. D’ici la reprise du championnat, chaque équipe sera informée par un membre du comité afin de faire comprendre que ces comportements doivent être éradiqués”.

Satigny, de son côté, a décidé de convoquer son groupe de supporters ce jeudi soir : “Nous devons mettre les choses au clair, car là c’est inadmissible, explique Stephan Estupina. Nous avons été gentils avec eux, en leur offrant par exemple des t-shirts en début de saison, mais là je ne peux pas tolérer ce qu’il s’est passé. Nous ne pouvons pas laisser passer cela, et nos supporters vont devoir mettre de l’ordre entre eux. Un message clair doit être passé“.

Les limites des rivalités

Ce n’est pas la première fois que cela se produit à Genève. En 2017, à l’aube du 1/8 de finale de Coupe genevoise entre l’Olympique de Genève et Interstar II, plusieurs tags haineux avaient été découverts sur les murs du stade de Varembé, dont une menace de mort envers un dirigeant de l’OG. Il avait été décidé de repousser le derby qui s’était alors joué plusieurs semaines plus tard.

Morceau de synthétique du FC Satigny brûlé lors d’un derby il y a quelques années, filets des deux clubs coupés il y a plusieurs mois, des actes bien moins violents ont déjà eu lieu en conséquence de la rivalité entre les deux clubs du Mandement, mais jamais avec ce degré de violence. “La rivalité de ne peut pas servir d’alibi à ce genre d’actes haineux, insiste Stephan Estupina. Nous allons réussir à arrêter cela. Je vais tout faire pour, en tout cas. Il faut faire passer le message. Un message très sec. Si ça ne passe pas, nous prendrons des décisions plus fortes. Nous pouvons avoir une rivalité, mais je ne veux pas de ça. C’est une mauvaise image, une bataille qui n’a rien à voir avec le football“.

Le président donzellois va dans le même sens : “C’est grave d’arriver à des faits pareils pour un match amical, c’est quand même inquiétant. Imaginez ce qu’il pourrait se passer pour un match de Coupe ou de championnat. Nous avons informé l’ACGF, non pas pour créer une polémique, mais il y a des choses pas normales qui se passent au niveau de notre football amateur. L’ACGF fait actuellement beaucoup d’efforts avec les travaux généraux du sport, tout le monde est concerné par ces problèmes de violence. Il est essentiel que tout le monde soit au courant et se serre les coudes”.

Un acte isolé qui ne viendra fort heureusement pas ternir l’excellente relation que maintiennent les deux clubs rivaux du Mandement. Tant Donzelle que Satigny ont rapidement réagi en prenant des mesures. Il faut désormais espérer que celles-ci soient efficaces et que de tels actes ne se reproduisent plus à l’avenir.

Les tags en question :

 

Share.