La dernière de Lakdar Boussaha à la Fontenette ?

0

Le capitaine stellien disputera certainement son dernier match cet après-midi à 16h devant son public. Il s’explique.

Arrivé à Etoile Carouge en juillet 2019 en provenance de Grenoble, Lakdar Boussaha est sur le point de quitter le club stellien avec qui il vient de passer trois ans. En fin de contrat, le capitaine et meilleur buteur de l’équipe a reçu tardivement une proposition du club : “Ils ne m’ont interpellé que très tardivement, explique Lakdar Boussaha. Je suis assez intelligent pour comprendre que lorsque fin mai tu n’as toujours pas parlé avec ton meilleur buteur et capitaine, il ne faut pas se faire d’illusion“. Outre le fait de ne pas rester à Carouge, c’est surtout le manque de transparence qui déçoit le numéro 9 : “La manière me dérange, avoue Boussaha. Le club m’a laissé dans l’attente alors que j’ai tout donné pour ce maillot et je me suis investi à fond durant les trois saisons. J’aurais aimé plus d’honnêteté et que l’on me dise les choses en face, d’homme à homme. J’aurais aimé que cela se passe d’une autre façon et que je puisse profiter des derniers instants“.

Un bilan plus que positif

En trois saisons à Carouge, Lakdar Boussaha a connu de nombreux changements au sein du club, que ce soit au niveau de la présidence ou des entraîneurs. De l’instabilité qui ne change en rien le bilan final du capitaine avec la formation stellienne : “Je ne garde que du positif de ces 3 ans passés ici. J’ai réussi à m’adapter facilement en étant notamment performant et décisif. J’ai tout de suite pris goût au championnat. Le football suisse est plus en phase avec mon jeu, car il est plus basé sur le ballon, avec également un meilleur esprit”.

Lakdar Boussaha lors du 1/4 de finale de Coupe de Suisse face à Saint-Gall.

Originaire d’Annecy, le meilleur buteur carougeois avait décidé de revenir dans la région et de mettre le football professionnel de côté. Etudiant à l’HETS depuis septembre dernier, il avait à cœur de pouvoir entamer sa reconversion : “Je suis revenu ici pour cela. Je voulais arrêter le football professionnel, mais je n’étais pas pour autant cramé, donc je souhaitais trouver un club dans la région. Aujourd’hui, le plus important est vraiment de réussir ma formation, mais j’apprécie toujours de jouer au foot à côté, et je ne veux donc pas arrêter”.

Lakdar Boussaha ne souhaite donc pas raccrocher les crampons à la fin de son contrat avec Etoile Carouge, mais où va-t-il rebondir ? “Je ne peux pas encore vous le dire, sourit-il. Les discussions sont bien avancées, mais rien n’est encore signé”. Plutôt Promotion League ou 1ère ligue ? “Tout ce que je peux vous dire c’est que si je reste en Promotion League ou si je devais descendre d’un niveau, je donnerai tout, car je suis un homme de challenge. J’ai toujours envie de montrer que je suis là.”.  Ce qui est certain, c’est que le buteur restera dans les environs, étant donné qu’il lui reste encore deux ans de Bachelor à Genève.

De la France à la Suisse en passant par l’Algérie

Arrivé dans le monde professionnel sur le tard à l’âge de 20 ans, Lakdar Boussaha a réalisé une carrière plus qu’honorable : “Je n’ai pas fait de centre de formation, explique le protagoniste. Je n’ai pas eu de réussite à mes débuts, mais à la vingtaine, j’ai reçu une offre qui a peut-être tout changé“. Cette offre est celle de Boulogne-Sur-Mer, alors club de Ligue 1, qui lui propose d’intégrer sa réserve durant une saison. “Je décide de tenter le coup et là tout se passe super bien avec la réserve. J’intègre donc le groupe professionnel aux entraînements et je ne fais pas tâche. Grâce aux blessures, je fais même quelques entrées”. 

A la trêve, Boulogne recrute de nombreux joueurs et Boussaha décide d’aller voir ailleurs. Il redescend en D4 au Racing Besançon avant de tenter l’aventure algérienne : “J’y ai joué un an. C’état complètement fou. J’ai évolué devant des stades combles de 60’000 personnes. Un rêve de gamin qui se réalisait”. A la suite de soucis extra-sportifs au JSM Bejaia en Algérie, l’attaquant revient en France à Bourg-en Bresse, son désormais club de coeur : “J’y ai passé 4 ans et demi, j’ai connu la promotion de National en Ligue 2, j’ai inscrit en moyenne entre 15 et 20 buts par saison et j’ai même eu mes deux premiers enfants là-bas”.

Boussaha du côté de Bourg-en-Bresse

Performant, Lakdar Boussaha a ensuite reçu plusieurs offres de clubs plus huppés, comme Lens ou Bastia. “Cela ne s’est malheureusement pas fait. Avec Lens, le président Mamadov avait ses comptes bloqués au moment de leur intérêt, et Bastia s’est lui vu rétrogradé en CFA2 par la DNCG alors qu’ils venaient de descendre en Ligue 2. J’avais pourtant trouvé un accord avec les deux clubs“.  Et à l’étranger ? “Je voulais de la stabilité pour ma famille et je ne me voyais pas accepter des offres de Turquie, d’Azerbaïdjan ou de Thaïlande“. C’est finalement à Grenoble qu’il connaîtra sa dernière expérience en France, et où il remportera un barrage d’ascension en Ligue 2 contre… Bourg-en-Bresse son club de cœur.

Il ne reste plus qu’à savoir quel club pourra profiter des buts, de la classe et de l’énergie positive de Lakdar Boussaha la saison prochaine.

Share.