« Ça serait un exploit, mais on y va en y croyant fortement »

0

Servette Chênois Féminin s’est envolé pour l’Écosse, où se jouera le tour qualificatif de la Ligue des Champions. L’entraîneur Eric Sévérac revient sur cette échéance importante et sur la saison qui se profile.

Le 8 septembre 2021, Servette Chênois écrivait une page de l’histoire du club en se qualifiant pour la toute première phase de poules de la Champions League féminine. Un peu moins d’un an plus tard, les joueuses d’Eric Sévérac ont une nouvelle montagne à gravir, cette fois bien plus raide, pour rééditer un tel exploit. La défaite en finale des playoffs face à Zurich en juin dernier oblige en effet les Servettiennes à passer par un tour qualificatif des plus relevés, où elles affronteront d’abord le Paris FC, puis l’AS Rome ou Glasgow City. Et ce n’est pas tout, puisqu’un barrage aller-retour supplémentaire est au programme pour le vainqueur de ce tour. C’est peu dire que d’affirmer que le défi qui attend les joueuses d’Éric Sévérac est immense.

« La pression est chez les autres »

Après avoir déjà participé à cette prestigieuse compétition lors des deux précédentes saisons avec Servette Chênois, Eric Sévérac est conscient du fait que “le chemin pour se qualifier sera nettement plus difficile” cette fois-ci : “Le Paris FC a terminé troisième du championnat français, l’AS Rome est un grand club italien qui rivalise avec la Juventus et Glasgow est un club historique qui est déjà allé jusqu’en quarts de la compétition, observe l’entraîneur servettien. Nous restons un club qui n’a que cinq ans d’existence, malgré que ce soit notre troisième campagne européenne”.

Cette analyse ne doit toutefois pas être interprétée comme un aveu de défaite avant l’heure : “Ça serait un exploit de se qualifier, mais nous y croyons fortement. On est outsider certes, mais la pression est chez les autres, et je pense que ça peut être un avantage. Nous y allons sereinement et avec l’envie de revivre ce qu’on a vécu il y a quelques mois”, déclare Sévérac.


Une équipe renforcée et rajeunie

Pour affronter ce tour qualificatif, mais surtout la nouvelle saison qui démarre ce week-end en Suisse, le coach des Servettiennes aura à sa disposition un effectif enrichi, malgré les départs à la retraite de trois cadres comme Sandy Maendly, Alyssa Lagonia et Amandine Soulard. Des renforts de poids sont arrivés depuis toute l’Europe : “On a essayé de compenser les départs de grandes joueuses et de renforcer notre secteur offensif, car nous aurions pu marquer davantage la saison dernière, explique Éric Sévérac. L’équipe qui démarre la saison est composée de plus d’un tiers de nouvelles joueuses, et est nettement rajeunie. C’est un groupe solide et complet qui peut rendre la vie difficile à nos adversaires”. 

Ces joueuses de calibre international ont déjà eu l’occasion de s’illustrer lors des matchs amicaux contre Sion (10-0), l’OL (3-0) et la Juventus (4-4). Nul ne doute qu’elles joueront toutes des rôles importants pour aider Servette Chênois à remplir les objectifs déclarés par l’entraîneur, c’est-à-dire “le doublé championnat-Coupe”.

Arrivées Départs
Mauron (Eintracht Frankfurt), Clemaron (Tottenham), Filipa (Glasgow City), Stahl (Stanford), Cartelli (Inter), Korhonen (Benfica), Berti (Sampdoria), Saoud (Bâle) Maendly, Lagonia et Soulard (arrêt), Boho (Alhama El Pozo), Cardoso (?)

 

Rouleau compresseur en championnat ?

L’échéance européenne écossaise de cette semaine a repoussé les débuts en championnat de Servette Chênois, prévus justement face au rival n°1 Zurich, auteur du doublé Coupe-championnat il y a quelques mois. Cette saison encore, une lutte à deux devrait être à l’heure du jour : “Nous avons montré que nous étions la meilleure équipe et cette fois-ci nous voulons aller au bout”, affirme l’entraîneur servettien sans la moindre hésitation.

Avant de penser à reconquérir le titre national cependant, place à la scène européenne, avec un premier match jeudi à 14h contre le Paris FC : “Ces joueuses font énormément d’efforts et de sacrifices et méritent de vivre de tels moments”, conclut Éric Sévérac. Son groupe saura-t-il se surpasser jeudi, puis dimanche (deuxième match du tour qualificatif) ? Il n’y a plus qu’à attendre et espérer.

Photo de couverture : Julian Aguilar

Share.