Lancy est prêt à se relever, mais sans se précipiter

0

Après une saison désastreuse, Lancy repart avec un ligne directrice quasiment inchangée, du moins pour la première équipe. Le point avec le président Didier Henriod et l’entraîneur de la première équipe Samir Boughanem. 

Il y a un an, personne n’aurait misé un seul centime sur une triple relégation du Lancy FC, plus grand club de Suisse en termes de membres. Comme quoi, le football surprend toujours. Avec son équipe fanion en 2ème ligue inter, et ses équipes réserve en 3ème et 4ème ligue, les Lancéens s’apprêtent à vivre une saison inhabituelle pour un club de leur envergure. Ils se doivent de la vivre en tant que protagoniste.

Une nouvelle commission sportive 

Difficile de ne pas évoquer la descente aux enfers de la première équipe advenue il y a quelques mois pour démarrer la discussion avec le président Didier Henriod : “La défaite sur tapis vert face à La Sarraz a tué l’équipe mentalement. Un club comme Lancy n’a pas le droit de commettre de telles erreurs, même si cela n’excuse en rien les mauvaises performances par la suite”. Lancy avait en effet terminé sa saison avec 2 points en 5 matchs, dont deux défaites décisives à domicile contre Martigny (1-2) et Naters (3-5), ce qui s’est traduit en relégation et même dernière place au classement.

Malgré cela, le poste de l’entraîneur Samir Boughanem, entré en poste à la mi-avril, n’a pas été remis en cause cet été : “Ce choix avait été fait en prévision de la saison à venir, bien que nous n’ayons évidemment pas prévu cette relégation”, explique le président Henriod. Boughanem rappelle quant à lui que son arrivée dans un moment chaud de la saison s’était faite “avec un effectif  diminué et des joueurs sans vrais postes définis”. L’entraîneur lancéen assure toutefois que cela “fait partie du passé”, à l’aube de cette nouvelle saison.

L’entraîneur de la première équipe inchangé donc, mais pas le directeur sportif et figure emblématique du club Bruno Codeas : “Il a fait le choix de se mettre en retrait pour se concentrer sur son travail en dehors, explique Didier Henriod. Je comprends aussi que ce soit difficile de remettre le pied à l’étrier après une telle claque”. Pour le remplacer, il n’y aura pas une seule figure, mais un collectif : “Nous avons mis en place une commission sportive composée d’Ivan Müller, Patrick Tami, Nicolas Duchoud, Alain Casalino, Samir Boughanem et moi-même”, détaille le président du Lancy FC.  

Presque 3 mois après la relégation, Lancy repart de la 2ème ligue inter.

« J’ai eu toutes les cartes en main pour construire l’équipe souhaitée »

Cette nouvelle organisation au sein du club a permis à l’entraîneur Samir Boughanem d’avoir carte blanche pour rebâtir son équipe, touchée par plus d’une quinzaine de départs : “J’ai eu toutes les cartes en main pour construire l’équipe que je voulais, avoue l’entraîneur lancéen. On a choisi des joueurs qui rentrent dans notre philosophie et on s’est concentré sur l’état d’esprit avant les qualités footballistiques. Il nous fallait un groupe prêt à fournir des efforts plus élevés que ce qui se fait dans le reste de la ligue”.

Le budget pour la première équipe est de ce fait resté inchangé, comme l’a confirmé le président Didier Henriod, et c’est notamment ce qui a permis à Lancy d’attirer beaucoup de joueurs ayant pour habitude de jouer dans des divisions supérieures : “Si on regarde par le passé, Chênois et Meyrin n’étaient pas remontés tout de suite en 1ère ligue après leur relégation, rappelle Henriod. Si on veut être compétitif, il fallait qu’on amène des joueurs solides et avec une mentalité combattante. Je ne pense pas qu’avec uniquement des jeunes on aurait tenu le choc. Je suis convaincu que l’équipe que nous avons maintenant n’est pas moins bonne que celle d’il y a un an”.

La ligne directrice pour la première équipe reste donc la même, avec un recrutement de joueurs confirmés capables de faire la différence. C’est plutôt dans les deuxièmes et troisièmes équipes que Lancy repartira en misant sur ses jeunes : “Ça n’a pas été simple avec quasiment toute l’équipe reléguée de 2ème ligue qui est partie, commente le président Henriod. On a reconstruit l’équipe avec des jeunes du club et on essayera de faire une bonne saison. Mais je ne pense pas qu’on sera prêts pour remonter cette saison déjà”. 

Les mouvements estivaux de la première équipe du Lancy FC : 

Arrivées Départs
Mboso, Tshikomb et Ibongo (Chênois), Wagué (Zakho SC, Irak), Diahaby (Montceau Bourgogne), Makengo (Belfort), Makendi (Bergerac Périgord), Lopez (Bordeaux), Cambria, Nicolier et Ndiaye (2e équipe), Daboné (Carouge II), Bamba (Borgfeld, Allemagne) Chentouf (Meyrin), Soares, Rahimi, Ben El et Dias Chaves (Grand-Saconnex), Scotta (Bosna), Q. Salihi (Azzurri), T. Ribeiro (OG), Guyon (Terre Sainte), S. Lachenal (Chênois), Lacazette (Wacker, Autriche) Matri (?), Y. Lachenal (UGS)

 

« Je ne dirais pas qu’on est le grand favori »

Pour revenir à l’équipe-fanion, que tout le monde attend logiquement comme favorite de ce groupe 1 de 2ème ligue inter, l’entraîneur préfère rappeler le contexte et mettre les choses au clair : “On a une quinzaine de nouveaux joueurs, on a dû reconstituer l’équipe et ça ne vient pas comme ça. Je ne dirais pas qu’on est le grand favori ni qu’on doit absolument remonter cette saison. Ce n’est jamais simple en 2ème ligue inter, avec beaucoup de déplacements difficiles. On visera le haut, puis nous verrons comment la situation évolue au cours de la saison”. Pour rappel, le premier du groupe 1 sera promu, ainsi que les deux meilleurs deuxièmes parmi les 4 groupes de 15, dont celui des Genevois.

Le discours du président Didier Henriod au sujet de la première équipe ressemble fortement à celui de l’entraîneur : “Evidemment que ce serait une déception de ne pas monter tout de suite, mais ça serait trop arrogant de dire qu’on n’est pas à notre place et qu’on doit monter. Mieux vaut être modeste, d’autant plus que nous sommes dans l’inconnu avec une ligue où nous savons d’ores et déjà que nous seront attendus par nos adversaires “. 

Un détail pour finir, qui n’est pas tant un détail que cela : la première équipe s’est également renforcée en ajoutant à son staff le préparateur physique qualifié Olivier Baldacchino. Une attention particulière a été accordée à la préparation cet été, notamment au vu des nombreuses blessures advenues en fin de saison passée, mais aussi comme demandé par Samir Boughanem : “Nous avons mis le paquet sur la préparation physique, qui est selon moi l’aspect le plus important”. Il faut donc s’attendre à voir un Lancy en jambes dès samedi (16h30) sur le terrain du néo-promu Pully.

 

À noter qu’Yverdon II sera cette saison -contrairement à la précédente- éligible à la promotion, comme le confirme l’article 110 du nouveau règlement du jeu. Saint-Prex, resté hors du podium à cause de moins bons points fair-play que Concordia il y a quelques mois, est aussi un concurrent duquel Lancy doit se méfier.

Samir Boughanem espère obtenir sa première victoire officielle comme entraîneur de la première équipe de Lancy dès samedi.

Share.