Walid Taieb quitte Aïre après 10 ans de bons et loyaux services

0

Le désormais ex-entraîneur de la LNB aïroise sera remplacé par Christopher Clément, le responsable juniors.

Il a été un acteur majeur du développement du football féminin au FC Aïre-le-Lignon. Entraîneur de la première équipe depuis pas moins de 10 saisons, Walid Taieb quitte son poste cet hiver. « Je n’arrivais plus à concilier le travail et le football, résume celui qui donne des cours à l’Ecole de Management et de Communication (ESM), une université privée qui est également partenaire du club aïrois. La décision n’a pas été facile à prendre. Vu la situation de l’équipe, qui est en lutte pour le maintien en LNB, ce n’est peut-être pas le meilleur moment. Mais c’était vraiment difficile de concilier les deux, à vouloir tout faire, à un moment donné on ne fait plus rien très bien ».

Quatre promotions, aucune relégation

Quand il a repris l’équipe féminine d’Aïre, celle-ci était en 3ème ligue. 10 ans plus tard, la voici installée en LNB, le second échelon national, et sans jamais avoir été reléguée. « Et on est un des clubs-phares féminins à Genève », souligne-t-il. Car même s’il n’aime pas se jeter des fleurs, Walid Taieb peut partir avec le sentiment du devoir accompli : « Je pars avec le sentiment d’avoir amené ma petite contribution au foot féminin. Ça aurait pu être beaucoup plus, ce ne sera que ça. J’ai fait quatre promotions, aucune relégation. C’est un travail de tout un comité et de tout un club qui a cru dans le football féminin. Est-ce que j’aurais pu faire plus ? Faire différemment ? Il y a toujours des choses à apprendre et à corriger. Aujourd’hui, je suis dans une position où je me demande ce que j’aurais pu faire de mieux plutôt que de me réjouir bêtement ».

Malgré ce bilan satisfaisant, reste-t-il un rêve caché non réalisé de monter en LNA ? « Non, mais ça aurait pu être un objectif à un moment donné. Quand j’ai repris l’équipe, j’avais comme plan d’avoir d’abord une 1ère ligue et en travaillant bien avec la base, faire une promotion en LNB. Aujourd’hui, oui, je me dis qu’une promotion en LNA est possible mais cela va prendre du temps. On verra bien ».

En attendant, les Aïroises devront à court terme lutter pour leur maintien en LNB, une saison de plus. « L’équipe a les moyens de se maintenir en LNB. Maintenant, c’est aux joueuses de le prouver sur le terrain », rassure le désormais ex-entraîneur, qui sera remplacé par Christopher Clément, le responsable juniors du club aïrois.

 « Aïre et Servette Chênois ont l’air stables »

En attendant, même s’il s’éloigne du banc d’entraîneur, Walid Taieb va rester proche du football féminin qu’il aime tant. « Je ne vais pas décrocher, je vais continuer à le suivre. Et si Aïre a besoin de moi à titre consultatif, je serai disponible. Mais je ne peux pas consacrer comme je l’ai fait jusqu’à maintenant. Et c’est aussi important qu’il y ait du renouveau, qu’il y ait des jeunes qui arrivent et qui veuillent faire quelque chose dans le foot féminin ».

Et de conclure sur sa crainte pour l’avenir du football féminin genevois : « Il évolue énormément. On a plein d’équipes qui poussent derrière mais en 4ème ou 3ème ligue et sans réelle structure junior. Ma crainte, c’est qu’il n’y ait plus de concurrence. Sans concurrence, on retombe dans les travers qu’on avait dans les années 2000, avec un seul club –Chênois à l’époque–, qui n’avait rien besoin de faire car ils savaient que toutes les filles allaient finir là-bas. Demain, si un club s’accapare de nouveau tout le marché, on ne va pas pouvoir progresser, ce serait un frein au football féminin. Mais heureusement, nous n’en sommes pas là, les deux club-phares du moment que sont Aïre et Servette Chênois ont l’air stables ».

 

Photo : OneClick-Photo







Share.