2ème ligue inter : à la poursuite de l’Olympique de Genève

0

A la veille de la reprise de la 2ème ligue interrégionale, nous faisons le point sur les transferts et les objectifs des sept formations genevoises.

134 jours, soit l’attente entre le dernier match joué en 2ème ligue inter le 4 novembre dernier et ceux de la reprise de ce samedi… Une éternité. Cette longue pause a néanmoins permis à l’ensemble des formations d’effectuer des ajustements au sein de leur effectif pour attaquer la deuxième partie de championnat de la meilleure des manières. Leader avec cinq points d’avance, l’Olympique de Genève part favori pour le titre et la promotion mais devra se méfier de ses poursuivants, surtout ceux hors Genève comme Monthey et Morges. En ce qui concerne le maintien, si Dardania et Chippis semblent partir avec du retard, une dizaine d’autres équipes sont dans le peloton pour sauver leur peau dans la catégorie, ce qui annonce un printemps passionnant. Tour d’horizon de la préparation des différents clubs genevois avant la reprise du championnat. 

 

OLYMPIQUE DE GENEVE FC (1er, 30 points)

Néo-promu dans la catégorie, l’Olympique de Genève s’est fait l’auteur d’un premier tour de rêve en terminant ni plus ni moins en tête du championnat. Dans une interview accordée à Proxifoot durant la trêve, l’entraîneur Bruno Rocha avouait avoir lui aussi été surpris de cette performance : « Nous savions que nous pouvions jouer les premiers rôles, car nous possédons un effectif de qualité. De là à finir en tête, j’avoue que nous ne l’avions pas du tout imaginé ».

Comme on le dit dans le milieu, l’appétit vient en mangeant et le club de Varembé s’est désormais fixé comme objectif la promotion en 1ère ligue. « Nous n’allons pas nous cacher, nous voulons garder notre première place et être promus en fin de saison« . Pour ce faire, l’OG a effectué un mercato intelligent en réussissant notamment à attirer des joueurs évoluant en 1ère ligue comme De Freitas de Meyrin et Pais de Lancy. Passi, attaquant de Plan-les-Ouates, et Nsikanda, défenseur de Servette M21, font aussi partie des arrivées.

Le leader a fait l’ensemble de sa préparation en terres genevoises, excepté une escapade raquettes à Samoëns. « Nous sommes restés ici avec plusieurs semaines intensives de travail. Le groupe a répondu présent et a fait les efforts nécessaires afin d’être prêt pour ce week-end. Nous avons également fait une sortie à la montagne qui a permis de renforcer les liens ». Au niveau des matchs amicaux, les joueurs de Bruno Rocha ont enregistré cinq défaites pour deux victoires. Pas de quoi inquiéter le mentor des Aigles : « Nous avons par exemple perdu face à trois pensionnaires de 1ère ligue. Je pense que nos matchs amicaux ont été encourageants. Le résultat final n’est pas à prendre en compte ».

Pour son entrée en lice, l’Olympique de Genève recevra Veyrier, son actuel dauphin. Une rencontre attendue avec impatience et qui pourrait permettre au club de Varembé de s’échapper en tête du classement.

Bruno Rocha et les siens visent la montée

FC VEYRIER-SPORTS (2ème, 25 points)

On ne présente plus l’époque dorée que vit le FC Veyrier Sports sous les ordres de Daniel Villa. Après avoir fini à la 8ème position avec 34 points la saison dernière, soit le meilleur classement de l’histoire du club, les Veyrites sont bien partis pour améliorer cette performance puisqu’ils sont actuellement seconds du championnat avec 25 points et affrontent le leader dès le premier match. Comme beaucoup de ses pairs, Daniel Villa pense que « la trêve est trop longue et on a vécu une préparation forcément avec des hauts et des bas. Je dirais que dans l’ensemble cela s’est passé de manière correcte pour nous, ça aurait pu être pire comme ça aurait pu être mieux. Maintenant, on a hâte que la compétition recommence et même s’il est toujours difficile de se jauger sur des matchs amicaux, j’estime que mon équipe continue sa progression ».

Côté transferts, il n’y a pas de mouvements externes, mais cinq joueurs de la deuxième équipe (Senèze, Cerutti, Fiorina, Bothereau et Bonamusa) sont venus densifier le contingent. « On a été très satisfaits de notre premier tour alors nous avons fait le choix de garder le même groupe, à l’exception de ces mouvements à l’interne pour préparer l’avenir », explique Villa.

A cinq points du leader Olympique de Genève, les Veyrites jouent-ils le titre ? A cette question que tout le monde attend, Villa donne un élément de réponse : « Notre premier match contre OG sera très important. A voir si ce dernier nous permet de rester dans le groupe des poursuivants, voire mieux. Après, je pense qu’hormis des objectifs de résultats, nous devons continuer notre progression et il s’agira donc d’assurer le maintien au plus vite, progresser dans nos contenus de matches, jouer de manière offensive, intégrer nos jeunes et surtout prendre du plaisir dans la pratique de notre passion. Sans oublier de prendre le temps de faire un joli voyage d’équipe au mois de juin prochain, ciment de notre projet première équipe ».

Ludovic Paratte, pièce maîtresse du jeu veyrite

FC COLLEX-BOSSY (5ème, 21 points)

Leader du championnat après un départ canon, Collex est par la suite rentré dans le rang. Cependant, la premier tour des Chevaliers reste plus que satisfaisant, eux qui avaient dû batailler pour le maintien la saison dernière. Celui-ci ne devrait pas être un obstacle majeur pour Yves Miéville, qui peut compter sur l’arrivée de Pasche de Perly et Boukhenoufa de Bernex. Pour le coach des Collesiens, le plus important est avant tout d’avoir pu garder l’ossature : « Nous avons pratiquement tout le monde qui est resté, ce qui va permettre de maintenir notre bonne dynamique, se réjouit l’entraîneur. Nous n’avons eu que trois départs dont deux joueurs qui jouaient très peu et notre latéral Ikouebe, parti le dernier jour à Dardania Lausanne« . 

N’ayant toujours pas de terrain synthétique, Collex a été obligé de s’entraîner un maximum en salle. « A cause des conditions difficiles, nous avons dû compenser par des entraînements en salle et par de la course ». Le coach des Chevaliers se montrait donc mitigé par la préparation de son équipe : « Nous avons vraiment eu de la peine, ce fût très moyen, au contraire de l’an dernier. Heureusement, cela s’est mieux passé sur la fin avec notamment un bon match face à UGS ». L’ambiance, elle, est toujours aussi bonne : « A ce niveau, tout se passe à merveille, explique Yves Miéville. Nous avons d’ailleurs passé un très bon week-end en montagne« .

L’ancien joueur de Servette notamment se montre ambitieux à l’approche de ce second tour : « Je souhaite que l’on joue les trouble-fêtes en haut du tableau. Je ne vais pas mentir en disant que l’on peut monter, car c’est faux, mais j’espère sincèrement finir entre la deuxième et la cinquième place ». Cette saison, pas question de parler maintien donc : « Si nous finissons par jouer le maintien, nous aurons complètement raté notre deuxième partie de saison« .

Les joueurs, eux, ont des fourmis dans les jambes et ont hâte de débuter après une si longue pause. « Ces pauses hivernales sont tellement longues, on veut vraiment reprendre la compétition et en découdre le plus vite possible ». Sauf qu’ils devront patienter une semaine supplémentaire, leur match de ce vendredi contre Interstar a été renvoyé en raison du mauvais état de la pelouse du Stade Marc Burdet à cause de la pluie. Ils débuteront leur second tour sur la pelouse de l’Olympique de Genève la semaine prochaine. Un vrai test d’entrée.

Yves Miéville

SIGNAL FC BERNEX-CONFIGNON (6ème, 19 points)

Auteurs d’une première partie de championnat en dents de scie, les joueurs du coteau espèrent faire preuve de régularité lors du second tour. « Nous avons manqué de continuité dans nos performances, analyse l’entraîneur Djamel Boudjellaba. Nous avons par exemple battu le leader Olympique de Genève puis nous avons enchaîné deux défaites derrière. Nous avons rarement réussi à enregistrer deux victoires d’affilée« .

Avec seulement trois points d’avance sur Servette M-21, premier relégable, les Bernésiens auront comme principal objectif de se maintenir. « On va tenter de faire un maximum de points rapidement pour assurer notre maintien et, dans un deuxième temps, si nous voyons que nous pouvons voir plus haut, nous ne nous en priverons pas ». Débutée le 11 février, la préparation des hommes de Djamel Boudjellaba s’est déroulée entièrement sur l’unique synthétique disponible du Stade Municipal de Bernex. « Le second synthétique est en travaux et nous avons donc dû partager le terrain avec d’autres équipes. Nous le savions et cela ne nous a donc pas empêché de bien travailler ».

L’effectif de Bernex a une nouvelle fois connu de nombreuses modifications. « Comme cet été, nous avons eu beaucoup de mouvements. Cinq joueurs et quelques juniors ont rejoint l’équipe : deux joueurs venant de France, Michaël Bleve (Aïre), Claudio Sordillo (Aïre) et Matthew Whibley (Interstar) ». Si les premiers matchs amicaux ont été compliqués, la formation du coteau a mieux terminé. « Il faut retravailler les gammes, les complémentarités et cela prend du temps, c’est normal. C’est le principal défi et on l’accepte », conclut-il.

En recevant la lanterne rouge Chippis ce samedi à 17h, les Bernésiens auront une belle occasion d’entamer leur second tour par une victoire et ainsi se distancer de la zone dangereuse.

Objectif maintien pour les Bernésiens

CS INTERSTAR (7ème, 19 points)

En concédant cinq défaites sur ses sept dernières sorties, le CSI s’est dangereusement rapproché de la zone rouge en fin de premier tour. Conséquence : Cédric Dijoux a été remercié et c’est le jeune Marcio Lage (27 ans), un ancien de la maison, qui a repris le flambeau. Ex-assistant de Luigi Pisino il y a deux ans, le nouvel homme fort aura la lourde tâche de donner un nouveau souffle à cette équipe qui semble accuser le coup : « Ma principale mission est de redonner une âme à cette équipe qui semble avoir perdu ses valeurs de base », avoue le nouveau coach.

Le CS Interstar a connu une trêve délicate puisqu’il a dû faire face à une vague de départs, en plus de l’entraîneur. En effet, huit joueurs ont décidé d’aller voir ailleurs durant le mercato d’hiver. « Il a fallu mettre de nombreux joueurs à l’essai pour tenter de compenser ces départs et trouver de nouveaux éléments. Je n’ai pas eu beaucoup de temps, mais je suis satisfait car nous sommes parvenus à recruter dix joueurs. J’ai désormais un effectif bien fourni avec des joueurs de qualité ». Durant les six semaines de préparation, Marcio Lage a avant tout tenté de reconstruire un groupe : « Il a fallu renouer des liens et créer des cohésions entre les joueurs. Nous avons notamment fait une sortie en montagne pour y parvenir et les matchs amicaux nous ont montré que la mayonnaise est en train de prendre ». 

Le nouvel entraîneur du club de Varembé se montre rassurant quant à l’objectif maintien : « Je suis confiant avec ce que j’ai pu voir durant les six semaines de préparation. Je pense que nous pouvons nous maintenir et même jouer le haut du tableau. Cependant, seule la compétition nous dira si le projet prend ou pas. Nos trois premiers matchs seront cruciaux, même s’ils ne seront pas décisifs ». 

Le CSI devait débuter vendredi soir à Collex, mais le match étant renvoyé, les débuts se feront la semaine prochaine sur le terrain de Dardania.

Interstar devra redresser la barre en 2019

FC UGS (9ème, 17 points)

Valeur sûre du haut de tableau ces dernières saisons, l’UGS d’Hervé Musquère devra batailler pour le maintien cette année. Une configuration nouvelle, avec un objectif autre, pour lequel l’ancien joueur de Saint-Etienne est prêt : « L’objectif sera clairement de se maintenir dans un premier temps et de voir mieux si nous avons la possibilité. Mais chaque chose en son temps. Il faudra bien débuter notre deuxième tour qui conditionnera la suite de notre championnat. J’ai confiance en mes joueurs mais seul le rectangle vert décidera de notre sort ».

« Nous avons eu une préparation assez agitée avec pas mal de blessés donc difficile de travailler dans la continuité mais on doit s’adapter », continue Musquère, qui compte sept départs pour autant d’arrivées. « Nous avons opté pour des joueurs qui, je l’espère, nous apporteront beaucoup », conclut le coach du club de Frontenex qui, pour l’anecdote, a changé de logo et a lancé une section eSport pendant la trêve. Les Violets débuteront le second tour avec la réception de Sierre dans un des nombreux « matchs à six points » qui les attendent.

Hervé Musquère

SERVETTE FC M-21 (12ème, 16 points)

Les années passent et le projet M21 du Servette FC ne prend toujours pas. Pire, en plus de devoir renoncer une saison de plus à la tant convoitée promotion en 1ère ligue, l’équipe court le risque de tomber en 2ème ligue puisqu’elle a passé l’hiver sous la barre. « On fait partie des équipes qui joueront le maintien », nous avouait l’entraîneur Michel Poinsignon en octobre dernier après une nouvelle défaite concédée au Stade de Balexert face à Bernex.

Un scénario catastrophe est-il vraiment envisageable ? On en doute, tant le vivier servettien est de qualité. Cependant, la préparation d’hiver n’a pas rassuré les jeunes grenat. Malgré un stage en terres espagnoles du côté de Lloret de Mar, le bilan des matchs amicaux est maigre : deux victoires, deux nuls et cinq défaites. Plusieurs départs ont été enregistrés : Bytiqi, Ben Farhat, Nsikanda et Ouatongo s’en sont allés, compensés par la venue de plusieurs M18 qui ont rejoint l’échelon supérieur. Nul doute que Michel Poinsignon se verra dans l’obligation de faire appel à plusieurs joueurs de la première équipe, comme ce fût le cas en fin de premier tour avec Sarr, Mfuyi, Cespedes ou encore Antunes, dans le but d’amener un brin d’expérience et de sérénité dans un groupe qui en a bien besoin.

Les Servettiens entameront leur opération maintien à domicile ce dimanche à 15h avec la réception de Forward-Morges, actuel 4ème du classement.

Servette M21 ne peut pas se permettre une relégation en 2ème ligue

 

 







Share.