Grand-Saconnex, retour à la réalité

0

Construite pour jouer la montée en 2ème ligue inter, l’équipe entrainée par Agron Nuredini se retrouve en danger de relégation après un premier tour difficile marqué par les blessures, les suspensions et les mauvais résultats. 

A la suite d’un doublé coupe-championnat obtenu en fin de saison dernière, le FC Grand-Saconnex voit les choses en grand et décide de recruter pas moins de 10 joueurs à l’intersaison. Parmi ces nouvelles recrues figurent David Salan, meilleur buteur de 2ème ligue, Adam Chaka, Dylan De Matos ou encore Jordi Canabal. Avec cette armada, l’entraîneur Agron Nuredini se montre ambitieux à l’entame du championnat et ne cache pas son souhait de lutter pour une nouvelle promotion. Une équipe de potes impressionnante sur le papier mais faut-il encore que la mayonnaise prenne sur la durée.

Excès de confiance

Tout commence le 18 août 2018 au Stade du Blanché. Après d’excellents matchs de préparation face à des formations évoluant à l’échelon supérieur, Grand-Saconnex reçoit le FC Muri (2ème ligue inter) pour le compte des 1/32 de finale de la Coupe de Suisse. Sur un nuage, les locaux mènent 3-0 à un quart d’heure du terme… avant que tout ne bascule : “Cette rencontre est à l’image de notre premier tour, analyse à froid l’entraîneur Agron Nuredini. Nous nous sommes vu trop beaux, nous avons pris un excès de confiance et nous l’avons payé cher, très cher ».

La suite n’est guère plus enthousiasmante. Pour son entrée en lice en championnat, les Saconnésiens s’inclinent sur la pelouse d’Aïre après avoir évolué pendant 79 minutes avec un joueur de moins sur le rectangle vert. “Nous avons fait preuve de beaucoup trop d’indiscipline sur l’ensemble de ce premier tour, avoue Nuredini. Nous avons pris beaucoup trop de cartons et nous avons joué six matchs en infériorité numérique”. Malgré un sursaut face à Versoix et City les matchs suivants, Grand-Saconnex retombe dans ses travers et termine le premier tour avec sept matchs sans connaître le goût de la victoire.

“Nous n’étions clairement pas prêts à vivre une telle situation. Nous pensions que cela allait aller tout seul et que nous jouerions les premiers rôles juste en évoluant sur nos acquis”. En plus des nombreux cartons et suspensions, la formation du Blanché n’a pas été épargnée par les blessures : Je n’avais jamais vu ça. Pratiquement tous mes joueurs ont été blessés durant le premier tour. Différents facteurs peuvent expliquer cela comme la grosse préparation estivale ou l’hygiène de vie de certains joueurs mais autant de blessures restent un mystère”. L’entraîneur saconnésien avoue avoir fait face à un vrai casse-tête à l’heure de faire ses compositions d’équipe : “J’ai du bricoler car je n’avais souvent pas de joueurs disponibles à certains postes. J’ai par exemple du faire jouer mon arrière central De Matos au poste d’avant-centre ! J’ai eu une moyenne de 7 à 10 joueurs absents par match”.

Cruelle élimination en Coupe de Suisse contre Muri

Départs et rumeurs

Les mauvais résultats ont logiquement découlé sur une ambiance pesante au sein du groupe de la première équipe et ont provoqué une vague de départs cet hiver chez les recrues estivales. Jordi Canabal avait été le pionnier en quittant le club après le match de Coupe de Suisse en début de saison pour rejoindre Champel. Il est imité cet hiver par Salan et Racalbuto qui retournent du côté d’Aïre, par De Matos et Sudan qui s’en vont à Vernier ou encore par Chaka qui rejoint Lancy.

Agron Nuredini ne s’est pas opposé à ces départs : “Je n’ai pas tenté de retenir les joueurs qui m’ont fait part de leur envie de s’en aller. Je préfère rester avec ceux qui sont motivés et prêts à tout donner pour l’équipe”. L’entraîneur du Blanché n’a lui jamais pensé à quitter le navire : “Malgré l’échec du projet, je n’ai pas pensé à partir. J’ai accusé le coup c’est normal, mais je souhaite m’inscrire ici sur la durée et je compte bien apprendre de mes erreurs pour faire mieux à l’avenir”.

Plusieurs bruits de couloirs avançaient que des problèmes d’argent étaient à l’origine des nombreux départs auxquels doit faire face Grand-Saconnex cet hiver. Des rumeurs qu’Argon Nuredini balaie d’un revers de main : Il n’a jamais été question de rémunérer les joueurs au sein de notre première équipe. Nous avons des primes de victoire qui entrent directement dans la caisse d’équipe et qui seront effectives suivant notre classement final. Nous avons décidé en début de saison d’utiliser cet argent pour partir en voyage d’équipe. Je ne comprends pas d’où viennent ces rumeurs, mais elles sont totalement fausses ».

Direction Lancy pour Adam Chaka

Le maintien coûte que coûte !

A seulement deux points du premier relégable, Grand-Saconnex devra batailler pour ne pas tomber. Notre objectif est de nous maintenir le plus rapidement possible, confirme Nuredini. Nous avons dorénavant uniquement le mot maintien en tête. S’il faut jouer à cinq derrière et mettre des longs ballons pour rester en 2ème ligue, nous n’hésiterons pas“. Pour ce faire, au moins cinq nouveaux joueurs rejoindront l’équipe cet hiver : “Je préfère ne dévoiler aucun nom pour le moment car cela m’avait porté malheur cet été, mais il y a pour l’instant quatre joueurs qui évoluaient en 2ème ligue et un gardien qui jouait en 2ème ligue inter qui ont signé avec nous ».

Un mois après la fin du premier tour, l’entraîneur avoue s’être trompé durant l’été, mais espère que cette expérience lui sera bénéfique pour la suite : Nous nous sommes laissés aller sur le recrutement et nous avons eu des ambitions démesurées. J’en suis le principal responsable et j’en suis conscient. Je me suis remis en question et c’est pour cela que sur ce recrutement hivernal, j’ai opté pour des renforts qui me donneront l’assurance de tout donner pour l’équipe même s’ils sont peut être moins clinquants sur le papier”.

Grand-Saconnex n’est pas la seule équipe de bas de tableau de 2ème ligue à s’être renforcée. En effet, Kosova et Vernier évolueront avec des effectifs bien supérieurs à ceux du premier tour. “Nous savons que cela va être compliqué, mais nous serons prêts à faire tous les efforts nécessaires ! ». La lutte promet en tous les cas d’être acharnée pour le maintien et bien malin sera celui qui devinera quelles équipes quitteront la catégorie en mai prochain.

 

Photos : jlap.ch

 






Share.