Le plein pour Saint-Paul

0

Les pensionnaires de la Californie remportent le match au sommet contre Grand-Saconnex (2-1) et prennent la tête en solitaire. Mais pour l’entraîneur Grégory Ramelet, le championnat est encore long.

Six matchs, six victoires. Pouvait-on rêver d’une meilleure affiche dimanche matin au Stade de la Californie ? Avec un parcours sans faute jusqu’à présent en 3ème ligue, Saint-Paul et Grand-Saconnex voulaient taper du poing sur la table et prendre une petite avance en tête du classement. Les Saconnésiens ont pourtant ouvert la marque sur un penalty de Götz en début de rencontre, mais ce sont les joueurs de Grégory Ramelet qui ont eu le dernier mot, inscrivant même le 2-1 définitif en infériorité numérique.

Un match tendu

« Nous avons été rapidement menés au score car nous ne sommes pas bien rentrés dans le match, contrairement à Grand-Saconnex. Nous avons mieux fini la mi-temps et avons pu égaliser juste avant la pause, ceci nous a donné de la force pour la seconde période », analysait le coach saint-paulois, qui a vu comment son équipe a surmonté l’expulsion du défenseur Blandon avant l’heure de jeu pour aller chercher la victoire. « On met le 2-1 à dix et on parvient à rester solides jusqu’au bout. C’était un match tendu avec beaucoup de nervosité ». Tendu, certes, car il y a eu deux nouvelles expulsions en fin de match, cette fois dans le camp des visiteurs.

Désormais leaders avec sept victoires en sept matchs, comment se positionnent les Rouges pour la suite du championnat ? « Nous nous sommes fixés comme objectif de faire mieux que l’année passée, où nous avions terminé à la 5ème place, poursuit Ramelet. Et s’il y a la place pour jouer une promotion, nous la jouerons. Pour l’instant, nous sommes bien partis. Mais le championnat est encore très long : il reste 15 journées ».

Diogo Correia, à droite, le buteur décisif

Une histoire de famille

Le FC Saint-Paul, ces dernières années, c’est surtout une histoire de famille. Il y a d’abord les frères Cardoso que le football genevois connaît bien : Steve, le buteur maison –11 buts cette saison déjà–, et Mikael, l’attaquant qui fait partie des cadres du Meyrin FC, mais qui est aussi dans le staff saint-paulois puisqu’il est l’assistant de Grégory Ramelet. Mais il y a aussi les cousins, les amis de la famille… « En tout, il y a une dizaine de joueurs qui proviennent de ce noyau… presque une équipe entière », plaisante Ramelet, qui a pu notamment découvrir Diogo Correia, arrivé cet été du Portugal et auteur du 2-1 décisif dimanche, son huitième but de la saison. L’équipe, qui au départ était la deuxième garniture du club en 5ème ligue, est devenue l’équipe fanion quand elle a été promue en 3ème ligue en 2016 en même temps que la première équipe était reléguée.

Cette équipe de copains, dont le noyau est resté inchangé, est-elle en passe de grimper de la 5ème à la 2ème ligue en quelques années ? Il est trop tôt pour se prononcer, selon Grégory Ramelet, lui-même auparavant joueur de l’équipe devenu entraîneur : « Contre Grand-Saconnex, c’était un match compliqué, mais on en a eu d’autres en début de championnat. On a dû batailler contre UGS II et Sporting aussi. Toutes les équipes sont difficiles à jouer. Il reste encore beaucoup de matchs et on est encore loin de la montée. Mais ce serait beau que cette équipe qui a démarré en 5ème ligue il y a peu atteigne la 2ème ligue ».

 

FC SAINT-PAUL – FC GRAND SACONNEX 2-1 (1-1)

Buts : 12′ Götz (P) 0-1, 45′ Lutfija 1-1, 64′ Correia 2-1

 

Photos : OneClick-Photo






Share.